M.O. Modus operandi, tome 1 : La secte du Serpent – Nathalie Cohen

Marcus Tiberius Alexander, est vigile et pompier gradé des patrouilles “Les yeux de Rome”. Il vient d’Alexandrie et  est arrivé à l’âge de 20 ans à Rome où il a été accueilli par Cornéluis un riche sénateur.

Il est dévasté quand il apprend la mort étrange de celui-ci. Lors de l’ouverture du testament  il est officiellement désigné comme fils adoptif de celui-ci. C’est sans compter la haine que ressent à son égare  Lucius le fils légitime de Cornéluis. Un être haineux et futile.

Marcus décide d’enquêter sur la mort de son père adoptif , mais également sur celle de plusieurs riches pères de famille. Il trouvera en allié et un appui inconditionnel auprès de Gaia, fille aînée de Cornéluis devenue prêtresse.

Rapidement l’on sent les prémices d’un terrible complot expliquant les morts étranges de ces riches pères de famille.

L’auteur nous décrit à la perfection les rues des Rome, mais également les coutumes de l’époque on sent qu’elle maîtrise le sujet. Il y a quelques maladresses de langages, j’ai trouvé assez étrange l’utilisation de termes familiers qui à mon avis n’étaient pas utiliser à l’époque, mais bon après tout cela reste une fiction.  Il y a quelques longueurs et l’auteur devrait approfondir un peu plus la personnalité de Marcus et Lucius et la relation ambiguë qu’entretiennent Marcus et Gaia afin de les rendre plus réels et attachants

Pour un premier roman c’est plutôt pas mal !

Éditeur : DENOËL (04/04/2019)

*************************************************

Rome, en l’an 54, sous le règne de Néron. De riches pères de famille, atteints d’un mal étrange, trouvent la mort le soir chez eux dans divers quartiers de la ville. L’homme qui se charge de l’enquête découvre petit à petit que ces disparitions sont l’œuvre concertée d’un mystérieux groupe de jeunes gens qui suivent toujours le même mode opératoire.
L’enquêteur, Marcus Tiberius Alexander, est un vigile gradé des patrouilles dites « les yeux de Rome», chargées de circonscrire les incendies et la délinquance nocturne. Il est aux prises avec Lucius Cornelius Lupus, un jeune et ambitieux fils de sénateur, dévoré par la passion du jeu. Le premier, d’origine étrangère, met tout en œuvre pour resserrer l’étau sur le second, favorisé par son rang.
Mais la vérité qu’il met au jour est terrifiante.

Thriller antique, «La secte du Serpent» est le premier tome d’une série intitulée M.O. (Modus operandi).

 

Un jour comme les autres – Paul Colize

Emily, traductrice littéraire vit en Italie depuis quelques mois. Elle a du mal à se remettre de la disparition mystérieuse de son compagnon, Eric, professeur de droit et militant pour les droits de l’homme et de la non-violence.

Aidée de Michel Lambert, webmaster qui anime un forum d’investigation, elle cherche à comprendre ce qui est arrivé à Eric.

Les chapitres étant très courts, j’avais la sensation de lire un journal, une enquête minutieuse.

Une histoire très bien documentée ou la fiction et la réalité se rejoignent.

Au fond le personnage d’Emily n’est que secondaire, elle n’apporte pas grand chose à l’enquête comme sa relation avec Massimo. Elle se montre complexe, on doute d’elle par moment, Il n’y a pas de véritable personnage principal, mais une multitude de personnes, qui ensemble vont résoudre une énigme. Pas d’action, pas de violence dans ce roman à part. Un livre écrit comme une enquête journalistique.

Paul Colize est une belle découverte, sa façon d’écrire n’a rien à voir avec ce que j’ai pu lire jusqu’à présent.

Éditeur : HC EDITIONS (07/03/2019)

********************************************************

L’auteur d’ Un long moment de silence revient avec un roman noir qui flirte avec la littérature générale. Emily vit seule en Italie où elle passe ses journées à trouver le mot juste – elle est traductrice littéraire de métier – et à faire parler les chiffres qu’elle affectionne. Mais surtout, elle passe ses journées à attendre.

614 jours qu’elle attend. Presque deux années à se repasser en boucle la dernière journée d’Éric. En apparence un jour comme les autres. À essayer de comprendre. À ne pas pouvoir faire son deuil.

Alain est reporter d’investigation au Soir, en Belgique. Il passe ses journées à enquêter, creuser, recouper les informations. Éric, il l’a connu. Suffisamment pour s’intéresser à sa disparition. Et encore plus quand il réapparaît…

Paul Colize signe un polar qui flirte avec la littérature générale. Ses héros nous touchent, autant qu’ils nous déroutent. Un roman polymorphe sur les parts d’ombre de chacun, sur ces secrets que l’on garde et qui finissent toujours par réapparaître.