Face à elle

La narratrice (à aucun moment on ne sait son prénom) à une nouvelle voisine de vis à vis.
Elle se sent de suite troublée par celle-ci, la trouve séduisante….alors qu’habituellement elle n’est pas attirée par les femmes.
Celle-ci l’obsède, elle l’épie, l’observe à son insu. S’installe un voyeurisme dérangeant, on se demande si la narratrice, journaliste, n’est pas un peu “dérangée”, ou si c’est seulement de la déformation professionnelle…
Voilà que tout s’enchaîne, sa voisine, qui se nomme Chloé, disparaît mystérieusement et  la narratrice se fait virer de son journal au même moment (motif : elle ne serait pas à la hauteur du poste).
Elle décide de mener une sorte d’enquête, en fouillant sur les réseaux sociaux et en volant un cahier chez elle…jusqu’à la tragique nouvelle : Chloé est retrouvée morte, étranglée sur les bords de Seine.

Commence la 2eme partie du roman, la narratrice, inconsolable devant la mort de sa voisine (bizarre elle ne la connait pas en faite….), repart s’installer chez ses parents  dans la Brenne.
Elle y retrouve une vie simple, loin du stress de Paris, une vie faite de routine, près de gens qu’elle connait depuis toujours, mais aussi un nouveau travail dans la quincaillerie de son oncle.

Ce livre ce lit vraiment rapidement, il serait faux de dire qu’il ne s’agit que d’un polar car c’est bien plus que ça. Il nous montre comment la vie peut prendre un virage à 180 degrés suite à un drame. Comment des événements peuvent changer notre vie, voir nous faire prendre de mauvaises décisions devant un surplus d’émotions ingérable.

Un beau roman, une belle histoire, simple, sans grand discours ni leçon de moral, qui nous fait réfléchir sur les priorités de la vie, l’importance d’avoir un pied à terre et un retour aux sources possible en cas de coup dure dans la vie.

Ce roman ne m’a vraiment pas laissé indifférente, m’obligeant à réfléchir sur ma vie….

L’auteur décrit des choses importantes avec des mots simples et beaucoup de facilité. Je vous le conseille fortement !

Éditeur : MARIVOLE EDITIONS (28/09/2016)
Nombre de pages : 162

Citation :

“Je déteste les monuments aux morts. Nul besoin de socle ou de tombe, les morts se portent en nous.  Tout cela tien bien plus de la politique que de la religion, du symbole que du respect. La mémoire n’est pas de béton, elle coule dans notre sang. Elle le devrait en tout cas.”
**************************
“Paris, le métro, la Tour Eiffel, les musées, Montmartre, les Champs-Élysées… Le luxe, les paillettes, les plaisirs, la vie de bohème, les journaux, le boulot… et sur un quai de la Seine, le corps d’une inconnue. Assassinée. La Brenne, à des kilomètres de là ; les mille étangs, la famille… mais la même souffrance ; la même solitude ; les mêmes souvenirs. Face à face. Des pièces à assembler, une vie à recomposer, un crime à élucider… L’auteur : Journaliste et écrivain, Maud Brunaud a écrit de nombreux ouvrages, notamment sur le Berry, dont elle est native. Auteur du fameux Talons aiguilles et chapeau de paille, premier « gossip » de campagne, roman pétillant et plein d’humour, elle se lance avec Face à elle dans un autre style littéraire, celui du polar.”

Garance

L’auteur nous fait découvrir, et vivre, la difficile enfance de la petite Garance, fille d’une belle métisse, Naomie,  morte en couche et d’un père, Martin, surnommé l’allumette, ancien héros de la seconde  guerre, blessé au mollet durant celle-ci.
Garance, née en 1945, est recueillie par sa grand-mère maternelle, en effet son père, martin, est devenu dépressif et alcoolique après la mort de Naomie.
Malheureusement pour Garance, sa grand-mère décède rapidement. Appâté par l’héritage de celle-ci Martin récupère la garde de son enfant.
Garance deviendra la souffre douleur de celui-ci, et malgré les alertes de Lucina la voisine bienveillante, les autorités administratives ne retireront jamais la garde à Martin. Tout va aller en s’empirant durant les années suivantes avec l’arrivée d’une belle-mère Eléonore, je dirais même la méchante belle-mère ?, Martin allant jusqu’à abuser régulièrement de sa fille, sous le regard indifférent d’Éléonore et de ses 2 fils .
Alors là on se dit, ce roman est un drame….et bien non, c’est bien plus que ça !
Dans la seconde partie, l’auteur développe la partie policière paranormale. 
Les enquêtes seront menées par Mathieu, jeune officier gendarme, Oscar, reporter-photographe pour la brigade et la jeune assistante Adèle.
L’auteur nous plonge dans l’horreur, une folie meurtrière menée par un être assoiffé de vengeance, où la frontière entre le bien et le mal est vraiment minime tout  comme la frontière entre le réel et le mystique !
Le roman se termine en apothéose avec une vraie fin, une explication sur toute l’histoire depuis ses débuts dans les années 40.
Une belle découverte, un roman mélangeant  des genres très bien réussi. Il a été difficile pour moi de le poser (ah si ça n’avait pas été mon travail et  ma vie familiale grrrr  ??). 
Un grand  bravo à l’auteur en lui souhaitant une belle carrière livresque ? (ce qui va être le cas à mon avis !).
Editeur : Les sentiers du livre
Nombre de pages : 254 
***********************
Garance est une jeune femme bafouée que la schizophrénie ronge petit à petit. Lorsque la maladie prend le dessus, c’est la chose qui se manifeste. La chose place son hôte au cœur d’une intrigue policière et la pousse à supprimer ceux qui s’installent dans des dérives com-portementales. Mathieu, un jeune enquêteur et Oscar, son acolyte photographe, se lancent alors à leurs trousses et fl irtent avec les frontières du fantastique. La chose et Garance guident leurs pour-suivants, au travers d’un jeu d’énigmes. Sur chaque scène de crime de mystérieux messages permettent d’identifi er la ville des prochains délits. Le sud de la France devient alors le théâtre de nombreus-es exactions que les limiers toulousains tentent d’arrêter. Tandis qu’ils éprouvent les plus grandes diffi cultés à traquer la Bête pour libérer la Belle, la providence se présente à eux. L’aide précieuse de Matéus, pionnier d’une nouvelle médecine, scientifi que de renom et spécialiste de l’hypnose, croise un jour la route de Garance. Le professeur ne connait pas encore Mathieu et son ami, la chose ne va pas tarder à les réunir.

%d blogueurs aiment cette page :