La peine du bourreau – Estelle Tharreau

Le prisonnier Ed 0451 est transféré du couloir de la mort de la prison de Polinsky vers la chambre d’exécution de Walls.

McCoy, travaille depuis 42 ans comme bourreau et s’apprête à prendre sa retraite.

Le gouverneur Russel Thompson, 34 ans, a 4 heures pour décider si oui ou non Ed 0451 sera exécuté ou gracié. 

Ed a commis 5 meurtres prémédités et de sang-froid avant d’être arrêté.

Débute un huis clos entre le GouverneurMcCoy et Ed.

À travers les souvenirs d’Ed on découvre la raison de ces meurtres, qu’il a refusé d’expliquer. Ed, marié à la gentille Shelby, a grandi sous le joug d’un père autoritaire, raciste et faisant la loi et la justice à sa façon. C’est en se mariant et en quittant sa ville natale, qu’il commencera à avoir ses propres opinions et à mener sa vie comme il le souhaite.

McCoy décrit sa vie de gardien de prison, où tout était alors différent, un monde où les prisonniers faisaient la loi. La corruption était omniprésente.

Il décrit avec beaucoup de justesse le profil des condamnés à mort, des profils complètements différents les uns des autres. Se pose alors, légitimement, la question du pour ou contre la peine de mort ? 

Certains condamnés ont tué pour se protéger ou protéger leur famille. Certes, ils doivent être punis, mais qui sommes nous pour décider qu’ils méritent de mourir ? 

Ce roman nous montre la noirceur de l’être humain, mais aussi sa bienveillance et son avidité de justice.

J’ai adoré la fin, elle est parfaite. Un roman époustouflant, rempli de sagesse et d’humanité.

Premier coup de coeur 2021 !

256 pages
Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (01/10/2020)

**************************************************

McCoy est « bourreau » au Texas. Après 42 ans passés dans le couloir de la mort, il reçoit la visite officieuse du Gouverneur Thompson qui doit se prononcer sur la grâce du condamné numéro 0451.
Il ne leur reste que quatre heures pour faire revivre les souvenirs de McCoy avant l’injection létale.
Quatre heures dans l’isolement de la prison de Walls.
Quatre heures pour cinq crimes qui déchaînent les passions.
Quatre heures pour ce qui pourrait être la dernière exécution de McCoy.
Quatre heures pour jouer le sort d’un homme.

Un thriller psychologique aussi troublant que fascinant : une immersion sans concession dans le couloir de la mort et ses procédures d’exécution.

L’enfant étoile – Katrine Engberg

Julie est retrouvée morte dans son appartement. Son visage a été tailladé telle une œuvre d’art.

Étrangement, cet assassinat n’est pas sans rappeler l’histoire qu’écrit Esther, la propriétaire de l’immeuble.

Les inspecteurs Jeppe et Annette doivent élucider ce meurtre, et pour cela, ils doivent comprendre qui était Julie et quel point commun elle peut avoir avec Esther, pour que le meurtrier ait reproduit son histoire.
Jeppe, tout juste divorcé est en pleine dépression et les relations avec Annette sont loin d’être celle d’une belle amitié, il ne pourra pas compter sur son soutien.

Je suis assez perplexe en fermant ce roman. Il avait vraiment tout pour me plaire, un flic torturé, des victimes pas si parfait que ça, des pistes qui ne mènent à rien. Mais je me suis ennuyée du début à la fin, une enquête qui piétine et traîne en longueur, des descriptions en veux-tu en voilà. J’avais vraiment hâte qu’il se termine. Il était pourtant si prometteur. Mais voilà, malgré une histoire intéressante, j’ai trouvé que la partie psychologique des personnages n’étaient pas du tout exploitée. J’aurais pu m’attacher à Jeppe, mais l’auteure ne décrit pas assez sa vie personnelle, se contentant de le faire avancer dans l’enquête avec tristesse. D’Annette, on ne sera absolument rien du tout.

Il plaira sûrement à un grand nombre, mais voilà ce n’est pas mon type de lecture.

416 pages
Éditeur : FLEUVE EDITIONS (07/01/2021)

****************************************************

En plein centre-ville de Copenhague, une jeune étudiante est retrouvée dans son appartement sauvagement assassinée, le visage marqué par d’étranges entailles. L’inspecteur Jeppe Korner et son équipière Annette Werner, chargés de l’affaire, découvrent rapidement que le passé de la victime contient de lourds secrets. Quant à la propriétaire de l’immeuble et également voisine, Esther, elle est en train d’écrire un roman qui relate dans les moindres détails le déroulement du meurtre.
Simple coïncidence ou plan machiavélique ?
Commence alors pour Jeppe et Annette une plongée au cœur d’une ville dans laquelle les apparences sont mortelles.

%d blogueurs aiment cette page :