L’Ossuaire- Fiona Cummins

Suite du roman “Le Collectionneur” – je n’avais pas lu celui-ci et je le regrette bien.

Dans le roman le Collectionneur, la petite Clara Foyle, 5 ans a été enlevée par Brian Howley, un collectionneur d’ossements humains, mais surtout un grand psychopathe. Trois mois sont passés, l’inspectrice Ella Fitzroy continue de la rechercher, sentant que celle-ci est encore en vie.

Saul, un jeune garçon, vit seul avec une mère alcoolique, le laissant la plupart du temps livré à lui-même. Sa vie va changer le jour où il rencontre Howley.  

En lisant ce roman, j’ai vite compris que j’aurais dû lire d’abord le précédent, en effet, celui-ci est la suite direct, on retrouve la plupart des personnages du précédent roman.

Cette lecture fut une belle découverte. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire un très bon roman. Des personnages attachants, d’autres torturés. Beaucoup de souffrance également, tant physique que psychologique.

L’auteur nous fait réfléchir sur l’importance de la présence masculine dans une famille stable. Pour s’épanouir, un enfant doit grandir dans un environnement sain, ou l’amour et le bonheur règnent, sinon sa construction sera compliquée, il aura du mal à savoir ou se situe la frontière entre le bien et le mal.

Ce roman est tellement bien construit, les mots parfaitement choisis, qu’on ressent toute l’horreur et la peur de chacun des personnages.

L’auteur se joue, avec aisance, de nous, à la fin on ne sait plus qui est gentil, qui est méchant. Les dernières pages sont surprenantes, on ne voit rien venir.

Un très bon thriller, je recommande !

412 pages
Éditeur : SLATKINE ET CIE (28/05/2020)

******************************************

Cela fait cent jours que la petite Clara Foyle, cinq ans, a été enlevée sur le chemin de l’école. Clara est atteinte d’ectrodactylie, une maladie également appelée syndrome des mains en » pince de crabe « . Le principal suspect, Brian Howley, surnommé » Le boucher de Bromley « , est toujours en fuite, après avoir échappé à la surveillance de la police.

Jakey Frith, six ans, a aussi été la victime de Howley. Lui souffre du terrible syndrome de » l’homme de pierre » : une maladie génétique responsable du dédoublement de ses cartilages. Il a été secouru dans la maison des Howley quelques instants seulement avant que celle-ci ne soit détruite par un incendie. Hélas, malgré la tenacité de l’inspectrice Ella Fitzroy, Clara Foyle demeure introuvable. Une terrible chasse à l’homme commence.

Bon sucre, mauvais sucre – Allen Carr

Tout au long de ce livre, on nous apprend les effets néfastes du mauvais sucre sur la santé avec des chiffres très parlant (2,8 millions de gens meurent chaque année des conséquences du surpoids et de l’obésité.).

Il y est également largement abordé les processus de l’addiction au sucre.

L’auteur, à travers des exemples très concret nous fait comprendre que le mauvais sucre est nocif pour notre santé, qu’il tue bien plus que l’héroïne qui est pourtant interdite à la vente. Il nous explique combien l’industrie agroalimentaire tire des bénéfices de notre addiction.

Enfin, il nous explique beaucoup de choses, que nous savons tous. Pas de secret là-dedans, mais tellement de répétition, que, par moment, j’avais la sensation qu’on essayait de me faire un lavage de cerveau, au fil des pages, l’auteur rabâchait les mêmes platitudes et banalités que tout le monde sait.

Peut-être que certains vont trouver leur compte et avoir le déclique en lisant ce roman, mais alors moi pas du tout, personnellement, je n’ai trouvé absolument aucun intérêt à cet ouvrage et doute réellement que sa méthode fonctionne sur le long terme.

Avis court, mais sincèrement, il ne mérite pas que je développe plus que ça.

Éditeur : 12-21 (02/07/2020)

249 pages

**************************

Pendant près de trente ans, Allen Carr a fumé entre 60 et 100 cigarettes par jour. À l’exception de l’acupuncture, pour arrêter il a essayé presque toutes les méthodes conventionnelles – la volonté, les produits nicotiniques, l’hypnothérapie, les substituts et autres gadgets – sans succès.
Comme il l’indique : « Je suis passé en une nuit de 100 cigarettes par jour à zéro – sans accès de mauvaise humeur, ni sensation de manque ni dépression.
L’efficacité de la méthode repose sur le fait de démêler les idées fausses qui poussent les gens à croire qu’ils tirent un bénéfice de cela même qui leur fait du mal.
Ce livre applique la même méthode au problème de la dépendance au sucre et, contrairement aux autres procédés, il ne demande aucune volonté.
Vous pensez que c’est trop beau pour être vrai ? Tout ce que vous avez à faire c’est de lire ce livre dans son intégralité, de suivre l’ensemble des instructions et vous ne pouvez pas échouer.
Il y a une décennie, on vous aurait pardonné si vous pensiez que le sucre était le cadet des soucis de l’homme moderne. Pourtant, en 2016, le monde est en proie à une épidémie d’obésité et de diabète de type 2. On peut voir une certaine ironie dans le fait que l’industrie agroalimentaire ait employé les mêmes tactiques que l’industrie du tabac dans les années 1950, 1960 et 1970, étant donné que la méthode d’Allen est synonyme du tabagisme.
Suivez les instructions d’Allen Carr et vous découvrirez que non seulement il est facile de se libérer du MAUVAIS SUCRE, mais qu’en plus vous apprécierez le processus. Non seulement vous serez délivré(e), mais vous serez heureux/heureuse de cette liberté acquise. Cela peut sembler trop beau pour être vrai pour l’instant, mais poursuivez votre lecture. Vous n’avez rien à perdre et absolument tout à gagner. À présent, je vous laisse entre les mains expertes d’Allen Carr.

%d blogueurs aiment cette page :