Sommeil blanc – Emelie Schepp

Pim, jeune thaïlandaise de 15 ans est recrutée comme mule et envoyée en Suède où l’attend un réseau de trafiquants de drogue.

Tout se complique, quand, sa compagne de voyage est retrouvée morte dans le train qui les conduisait vers leurs commanditaires : l’une des boulettes de drogues s’est transpercée dans son estomac causant sa mort.

La procureure Jana Berzeluis est chargée de l’enquête. On la retrouve comme dans le premier roman la mettant en scène « marquée à vie », froide et distante, ne laissant personne l’approchée de trop près, avec un passé très trouble et une relation avec son père que l’on pourra qualifier de tout sauf de sereine…

Parallèlement, le commissaire Henrik s’apprête à être père pour la 3eme fois, et cela, l’angoisse terriblement et ce n’est pas sa coéquipière Mia Bolander, empiéter dans ses problèmes d’argent et de cœur qui pourra le rassurer.

Gunnar et Anneli, après 10 ans de relation avec des hauts et des bas essaient de se retrouver.

Ce thriller a tous les ingrédients qui en font un excellent roman : de l’action, du suspens des personnages à la personnalité complexe, parfaitement réaliste.

J’ai trouvé Jana plus humaine dans ce roman, mais même si elle reste le personnage central de ce thriller, tous les personnages qui l’entourent ont une grande importance dans l’évolution de cette histoire.

La fin m’a un peu laissé perplexe, je ne sais pas trop quoi en penser.

416 pages
Éditeur : HARPER COLLINS (06/03/2019)

*************************************

Jana Berzelius enquête sur le décès par overdose d’une jeune thaïlandaise utilisée dans un trafic de drogue. Tout porte à croire que Danilo, un ennemi de Jana qui sait trop de choses sur son passé, est concerné par l’affaire.

Une deuxième enquête de Jana Berzélius.
Quand une jeune Thaïlandaise utilisée pour faire passer de la drogue est retrouvée morte des suites d’une overdose, tous les indices tendent à prouver qu’un certain « Danilo » est lié à l’affaire. Un ennemi personnel que Jana Berzelius a bien l’intention de faire disparaitre. Ancien frère d’armes, il en sait trop sur son enfance sordide. En parallèle, l’équipe de Jana se concentre sur la recherche d’un magnat de la drogue qu’on dit d’une intelligence hors du commun. Tout en brûlant de connaitre son identité, Berzelius doit aussi veiller à ce que Danilo ne dévoile pas… la sienne.

Série Jana Berzelius

1-Marquée à vie

2- Sommeil blanc

3- D’une mort lente

La belle-mère – Sally Hepworth

Lucy et Olliver “Ollie“, sont mariés et ont 3 enfants. 

Lucy, femme au foyer, prend très au sérieux son rôle de mère et ne supporte pas que sa belle-mère, Diana, lui dise comment les élever. Elle entretient avec celle-ci des relations difficiles et souvent conflictuelles. Pourtant, lors de leur première rencontre, elle pensait que Diana allait pourvoir combler le vide qu’a laissé sa mère lors de son décès, quand Lucy n’avait alors que 13 ans.

Leur vie va basculer quand la police frappe à leur porte pour leur annoncer le suicide de Diana. Mais pourquoi cette riche femme a qui tout sourit aurait-elle mis fin à ses jours ? 

Ce roman à 2 narrateurs : Lucy et Diana. Deux points de vue totalement différents de la même histoire. Diana que l’on sent si fragile, qui veut bien faire, mais ne sait absolument pas comment s’y prendre. Lucy, qui espère, développer avec Diana une relation mère-fille, mais qui ne comprend absolument pas le comportement de Diana, qu’elle trouve froide et distante.

Deux points de vues qui changent complètement la vision du comportement de Diana que l’on aurait trouvé hostile si l’auteur ne nous avait pas fait part de sa narration.

Le présent et le passé se mélangent développant habilement un suspens haletant.

La fin est surprenante. Ce roman est un appel à la tolérance et à l’amour. Très bonne lecture.

360 pages
Éditeur : L’ARCHIPEL (20/08/2020)

**********************

Lucy et Olliver “Ollie”, sont mariés et ont 3 enfants.

Lucy, femme au foyer, prend très au sérieux son rôle de mère et ne supporte pas que sa belle-mère, Diana, lui dise comment les élever. Elle entretient avec celle-ci des relations difficiles et souvent conflictuelles. Pourtant, lors de leur première rencontre, elle pensait que Diana allait pourvoir combler le vide qu’a laissé sa mère lors de son décès, quand Lucy n’avait alors que 13 ans.

Leur vie va basculer quand la police frappe à leur porte pour leur annoncer le suicide de Diana. Mais pourquoi cette riche femme a qui tout sourit aurait-elle mis fin à ses jours ?

Ce roman à 2 narrateurs : Lucy et Diana. Deux points de vue totalement différents de la même histoire. Diana que l’on sent si fragile, qui veut bien faire, mais ne sait absolument pas comment s’y prendre. Lucy, qui espère, développer avec Diana une relation mère-fille, mais qui ne comprend absolument pas le comportement de Diana, qu’elle trouve froide et distante.

Deux points de vues qui changent complètement la vision du comportement de Diana que l’on aurait trouvé hostile si l’auteur ne nous avait pas fait part de sa narration.

Le présent et le passé se mélangent développant habilement un suspens haletant.

La fin est surprenante. Ce roman est un appel à la tolérance et à l’amour. Très bonne lecture.

%d blogueurs aiment cette page :