Les Yeux d’Iris – Magali Collet

Prologue 
Jordan Bouvet, 26 ans dealer et proxénète et battu à moi et jeté dans la Seine. Ambiance noire déjà installée.

Septembre 2018
Morgane quitte l’Irlande après plusieurs années passées là-bas pour retourner en France suite à la réception d’un étrange message. Elle s’installe chez Fred, son frère, policier.

Ils sont invités à dîner chez Julie leur amie de longue date qui vit avec Bastien, un homme riche. Ils ne comprennent pas que leur amie ait pu s’installer avec un goujat pareil qui étale sa fortune avec mauvais goût.

À ce dîner, est également convié Mickaël, richissime patron et meilleur ami de Bastien et sa compagne Audrey maman d’un bébé de 8 mois. 

Mai 2010
Iris, la sœur de Morgane est Fred, se bat contre la dépression. Son entourage ne comprend pas d’où vient son mal-être. Ils sont usés pas ses appels et sollicitations constantes. Jusqu’au jour où tout bascule.

2012 
Une jeune étudiante se fait violer et agresser en pleine rue.

Ce roman est époustouflant. Aucun temps mort, les événements s’enchaînent rapidement, il y a des rebondissements inattendus, je n’ai absolument rien vu venir.

On ne sait plus qui sont les gentils et les méchants.

La vengeance peut empoisonner des vies de façon bien différentes, imprégnant chacun des pores des personnages, les empêchant d’avancer comme ils le devaient, d’avoir des vies et des attitudes normales.

Magali Collet à le don de transmettre les émotions des personnages avec précision, comme si nous étions également, l’un des protagonistes de l’histoire, spectateur invisible ne pouvant rien faire pour arrêter cette machine infernale qui détruit tout devant elle.

Un énorme coup de cœur, tout comme l’avais déjà été son premier romanLa cave aux poupées”.

TAURNADA ÉDITIONS (04/11/2021)

*******************************************

Un meurtre et un suicide.
Trois hommes. Trois femmes.
Des retrouvailles.
Un pacte.
Tout se paye, même l’amitié.

L’échelle de Richter – Luc Desportes – Raphaël Frydman

L'échelle de Richter

 

Cette bande-dessinnée au format inhabituel à des dessins en noir et blanc et un graphisme très simple qui colle parfaitement à l’ambiance très noire de cette histoire.

L’histoire est divisée en plusieurs parties, chacune d’elles nous faisant découvrir un personnage principal.

Il y a Hassan, un sans papier qui travaille au noir. Ruben, ancien rappeur sur le déclin qui vent des machines à laver dans un magasin d’électroménager, qui va peu à peu vivre une longue descente aux enfers. Karl, croupier, dont on vient de retrouver la fille assassinée dans un hôtel qui va chercher à savoir qui a bien pu faire ça et pourquoi.

Une brochette de personnages, tous très différents, mais torturés par une vie qu’ils estiment en dessous de ce qu’ils imaginaient. Ils sont criants de vérité. 

Une palette de la société actuelle, allant du brillant chirurgien respecté, qui est très loin d’être parfait, du flic qui s’occupe de sa mère, du père de famille qui rêve d’une vie meilleure, d’une actrice qui rêve de gloire… Leur seul point commun : le corps de la jeune fille retrouvée dans l’hôtel.

J’ai dévoré ce roman très noir, un coup de cœur, tout est parfait, les dessins, l’atmosphère, l’histoire ! Un énorme Bravo !

496 pages
GALLIMARD BD (08/09/2021)

****************************************

À Paris, au coeur de la nuit, une jeune femme est retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel. Autour de ce décès aussi sordide que mystérieux, un faisceau d’indices, et une enquête criminelle où se télescopent petites frappes, star du rap, sans papier, médecin, comédienne, flic à la dérive… Tous sont impliqués, de près ou de loin. Morceaux de vies et fragments d’intimité s’imbriquent et se répondent, semblant jouer en réseau à proximité de l’horreur. Une plongée en eaux troubles.

%d blogueurs aiment cette page :