Les folles enquêtes de Magritte et Georgette : Nom d’une pipe !- Nadine Monfils

René Magritte, célèbre peintre belge, à parfois des visions qu’il s’empresse de peindre. Cette fois, il voit une jeune femme en robe fleurie. Son épouse Georgette se montre très jalouse de cette toile.

Quelques jours plus tard, le corps sans vie, assassinée, de la jeune femme qu’a peint René est retrouvé.

René, aidé de Georgette, décide de mener l’enquête. Quel duo de choc ! Ils sont pétillants, drôles. On adore ce couple dès les premières pages !
L’auteur par son écriture nous plonge dans le roman comme si nous étions avec nos acolytes au milieu de leur enquête pleine de suspense.

Pour ajouter encore plus de plaisir à notre lecture, l’auteur nous fait découvrir la vie intime d’une peintre belge célèbre, on rentre facilement dans l’intimité du couple et de leur mode de vie.

L’auteur m’a fait rire, avec des réparties, des scènes loufoques, moi qui n’avais jamais lu aucun roman de Nadine Monfils et bien, je suis très agréablement surprise. Un roman parfait, drôle ou les scènes de crime sont décrient de telle façon que l’on n’est même pas choquée ! L’auteur a un talent de compteuse inouïe. 

Une superbe découverte, je vais rapidement lire le deuxième tome !

312 pages
Éditeur : ROBERT LAFFONT (06/05/2021)

**********************************

La nouvelle pépite du cosy mystery dénichée par La Bête noire : Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette. Une série d’enquêtes inédites menées par le peintre René Magritte et sa femme, Georgette.
C’était au temps où Bruxelles bruxellait…

À l’arrêt du tram, le célèbre peintre René Magritte, chapeau boule, costume sombre et pipe au bec, a une vision étrange : une jeune femme en robe fleurie, debout à côté de son corps ! Il en parle à Georgette, son épouse, et immortalise la scène dans un tableau. Quelques jours plus tard, cette femme est retrouvée assassinée, avec une lettre d’amour parfumée dans son sac et un bouquet de lilas sous sa robe.

Les noyés du Clain – Thibaut Solano

 

 

Septembre 2001 : un jeune étudiant voit à la télévision les tours du World Trad Center s’effondrer.

2004 : le corps sans vie d’un jeune étudiant est découvert dans le Clain.

2015 : Simon, journaliste, se retrouve au chômage. Après avoir quitté la ville de Poitiers, il y a 11 ans, il accepte de retourner travailler dans le journal où il a fait ses débuts.

Hanté par la disparition de plusieurs étudiants noyers dans le Clain, il décide de reprendre l’enquête depuis zéro.

L’auteur à travers la description détaillée des lieus où se déplace Simon, rend l’ambiance du roman très glauque, mais malheureusement, cela entraîne de nombreuses longueurs et cela est bien dommage.

Le déroulé de l’histoire est très bien pensé à l’image du scénario d’un film.

Un bon roman, histoire inspiré de faits réels, mais voilà les longueurs du roman m’ont dérangé durant ma lecture.

Un premier roman plutôt pas mal, une histoire que je n’oublierai pas malgré ses imperfections.

416 pages
Éditeur : ROBERT LAFFONT (08/04/2021)

****************************************

Un roman noir sur un monde étudiant où l’on vit, où l’on aime et parfois… l’on tue.

Simon, étudiant à la fac de Poitiers, entre comme pigiste à L’Écho, le journal local, pour payer ses études. Pendant des mois, il couvre les kermesses et les inaugurations. Jusqu’au jour où le corps d’un jeune homme est découvert dans le Clain, la rivière qui traverse la ville.

Simon se lance avec passion dans l’enquête. Il interroge tous les témoins. Chacun y va de sa théorie sur les coupables : un gang de voleurs d’organes ou un tueur en série…

Mais Simon découvre que plusieurs étudiants sont morts dans des circonstances étranges. Rites sacrificiels ? Jeux de rôle ou urbsex qui auraient mal tourné ?

Les légendes brouillent le réel, Simon ne peut plus démêler le vrai du faux. Et bientôt, on cherche à le faire taire.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :