L’île du diable – Nicolas Beuglet

Inspectrice Sarah Geringën 3 

Un an, plus tôt (Lire Complot), l’inspectrice Sarah Geringën a été incarcérée dans un centre pénitencier à Oslo, après avoir été accusée du meurtre du pape. Nous sommes la veille de sa libération, après son acquittement, quand Stephen Karlstrom, Chef de la police d’Oslo vient lui annoncer, le meurtre de son père.

Stephen la laisse enquêter discrètement avec le jeune officier Koll Adrian, 32 ans arrivé 4 mois plus tôt au sein de l’unité, chargé officiellement de l’enquête.

En parallèle, Christopher, journaliste et compagnon de Sarah, décide d’enquêter sur la mystérieuse mort du petit Matts, dont toutes les preuves accusent Sarah, d’en être la responsable.

Plus Sarah creuse le passé de son père, plus elle découvre la face cachée de celui-ci, son côté si taciturne inexplicable, mais également les difficultés que rencontrait le couple qu’il formait avec la mère de celle-ci. Elle va entendre parler pour la première fois d’épigénétique*, pouvant peut être, expliquer son mal-être depuis l’enfance.

Son enquête va la mener jusqu’aux racines de son père, la Russie et le Sibérie. Au bout du chemin, elle va découvrir l’horreur que son père et ses compatriotes ont vécu, et de quoi est capable l’homme pour survivre.

L’auteur décrit avec aisance des faits historiques, me donnant encore une fois envie d’en savoir plus sur cette histoire et surtout sur cette fameuse île du Diable (qui porte officiellement un autre nom, que je ne dévoilerais pas afin de ne pas dévoiler une partie importante de l’histoire).

Comme pour ses deux précédents romans, j’ai enchaîné les chapitres, happée par cette histoire. Encore bravo à l’auteur ! 

Éditeur : XO EDITIONS (19/09/2019)

**********************

*Epigénétique : Un génome, plein de possibilité ! Chacune de nos cellules contient l’ensemble de notre patrimoine génétique : 46 chromosomes hérités de nos parents sur lesquels on compte environ 25 000 gènes. Mais si toutes nos cellules contiennent la même information, elles n’en font visiblement pas toutes le même usage : une cellule de la peau ne ressemble en rien à un neurone, une cellule du foie n’a pas les mêmes fonctions qu’une cellule du cœur. De même, deux jumeaux qui partagent le même génome ne sont jamais parfaitement identiques ! Dans ces exemples et dans bien d’autres, la clé du mystère se nomme “épigénétique”.

Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche…
Des extrémités gangrenées…
Un visage figé dans un rictus de douleur…
En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse.
Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ?
Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant.
Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ?
Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ?

Inspectrice Sarah Geringën

1 –Le Cri 

2- Complot

Qui a tué Heidi ? – Marc Voltenauer

Deuxième enquête d’Andreas Auer

L’inspecteur Andréas Auer décide de prendre des vacances. Il en profite pour aider son ami, Antoine, fermier éleveur de vaches laitières.

Lors de leur participation à un concours de beauté dédié aux vaches, la favorite, appartenant à Serge un fermier exécrable, meurt subitement. C’est alors celle d’Antoine qui gagne.

Cela pourrait s’arrêter là, mais Heïdi, l’une des vaches d’Antoine est retrouvée  égorgée. Les événements s’enchaînent, quand Serge est retrouvé assassiné à coup de pelle, et qu’Antoine devient le suspect numéro 1.

En parallèle, une femme est retrouvée sur le bord d’une route, elle a été renversée par une voiture, mais ce qui intrigue les policiers, c’est qu’elle avait les mains liées, et porté des habits vintage qui ne lui appartenait pas …

J’ai adoré ma lecture. Plusieurs histoires se croisent, se complètent. Aucun temps mort. Andréas est touchant, sensible, à fleur de peau, il souffre en silence, hanté par son passé, dont il ne se rappelle pas. Lui et Mikaël forment un couple uni, que rien ne peut séparer, même le drame.

On découvre des meurtriers aux profils différents, l’un est un tueur à gages l’autre un être torturé à la recherche de son identité, jusqu’aux dernières pages l’auteur ne dévoilera pas qui il est…

Dans ce roman, l’auteur nous fait découvrir une Suisse loin des clichés habituels d’autres romans se passant dans ce pays, où il est surtout question de blanchissement d’argent, de banquiers corrompus, de luxe… Il nous décrit une Suisse plus rurale, avec des hommes qui aiment la terre, les animaux, la nature, une Suisse plus humaines, plus proche du commun des mortels.

Encore une fois une belle réussite.

Editeur : Slatkine et cie (24 août 2017)
Éditeur : POCKET (14/03/2019)

***************************************

Voyage au plus noir de l’âme humaine…

Qu’a-t-il bien pu arriver à l’inspecteur Auer ?
Un tueur à gages abat un politicien à l’opéra de Berlin, en plein milieu d’une représentation. Sa prochaine destination : Genève. Et puis, Gryon.
Gryon où Andreas Auer, qui vient d’être suspendu par le commandant de la police, décide d’aider un ami paysan à la ferme pour sortir de sa déprime. Gryon, ce petit village si paisible. Paisible ? Pas si sûr…
Dans la chambre de sa mère, un homme rumine ses fantasmes les plus fous. Il est prêt à passer à l’acte.
Un chassé-croisé infernal se profile, et va tout balayer sur son passage. Andreas et les siens en sortiront-ils indemnes ?

Après le succès du Dragon du Muveran, le nouveau polar glaçant de Marc Voltenauer vous entraîne au cœur des Alpes vaudoises.

Andreas Auer :
1-Le Dragon de Muveran
2- Qui a tué Heïdi ?
3- L’aigle de sang

%d blogueurs aiment cette page :