Réceptions·Thriller

La petite fille du phare de Christophe Ferré

Ploumanac’h en Bretagne

Par un soir de fin d’été, la petite Gaela 10 jours, disparaît étrangement de son berceau alors que ses parents, Morgane et Elouan, l’ont laissé à la garde d’Arthur son grand frère de 14 ans.

A travers le récit de Morgane, on suit les différentes pistes établies par le Juge Ornano, mais également le passé et les sentiments qui habitent les personnages principaux de ce roman.

Morgane a déjà perdu une petite fille, Zoé, de la mort subite du nourrisson. Elle nous apprend très vite que la passion qu’elle ressentait au début de sa relation avec Elouan s’est éteinte. Elle nous dévoile au fur à mesure des pages ses secrets….

L’auteur nous offre une multitude de suspects allant des parents, au frère, en passant par Cathy la meilleure amie, l’étrange journaliste Léa qui donne des informations à Morgane,  Le ténébreux Nando, ancien amant de Morgane et Klaas moniteur de voile, on en vient même à douter du juge Ornano. l’auteur nous emmène sur plusieurs pistes différentes et donc de coupables différents, sans jamais nous laisser deviner qui est réellement l’auteur de l’enlèvement, il se joue de nous à merveille tout au long des pages, pour une fin complètement inattendue !

Je dois de souligner également qu’il nous décrit à merveille une Bretagne sauvage , authentique, où les éléments se déchaînent comme  s’ils compatissaient aux déboires de Morgane..

Un bon roman, avec peut être un peu trop de longueur.

Éditeur : L’ARCHIPEL (03/10/2018)
Nombre de pages : 442

*********************************

Le temps d’une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac’h, Morgane et Elouan ont laissé leur fille de 10 jours, Gaela, aux bons soins de son frère adolescent, Arthur. Mais au retour, un berceau vide les attend. Aucune trace d’effraction, pas de demande de rançon. À la douleur de la disparition, la famille voit s’ajouter la violence du soupçon de la gendarmerie. Morgane, une mère déjà éprouvée par la perte d’un enfant, Elouan, un père souvent absent, une fortune familiale enviable… Les pistes se multiplient mais l’enquête n’avance pas.

Pourtant près d’un mois plus tard, le miracle : Gaela est rendue à ses parents. Le soulagement l’emporte sur l’incompréhension, sauf pour Arthur, convaincu que ce bébé n’est pas sa sœur…

 

Policier·Réceptions·Thriller

Irrespirable de Olivia Kiernan

Commissaire Frankie Sheehan -1

La Commissaire Frankie Sheehan a du mal à se remettre d’une précédente enquête, quand elle doit enquêter sur le suicide d’une scientifique. Hors rapidement elle démontre que cela n’est pas un suicide mais un meurtre.

Très vite ce meurtre sera relié à un autre crime : le corps d’une jeune femme est retrouvé dans un bûcher. Le suspect n°1 le mari de la première victime et amant de la 2eme, introuvable !

Frankie va devoir fouiller dans les méandres du Dark Web et du milieu BDSM afin de découvrir ce qui s’est réellement passé.

Il va mettre difficile d’écrire ma chronique, mon avis étant très très mitigé. Pourquoi ? Peu, ou pas d’action, il ne se passe pas grand chose. Frankie ne m’est pas du tout attachante, j’ai une impression de vide sociale autour d’elle, comme si elle n’avait pas de vie en dehors de son métier de flic, et même dans son travail on a l’impression qu’elle n’a tissé aucun lien particulier avec eux.

Bien déçu surtout quand on s’ attend à lire un livre qui ressemble aux silences des agneaux….on est loin très très loin de ce chef d’oeuvre.

Un livre qui se lit mais qui ne me marquera pas longtemps…

Éditeur : HUGO ET COMPAGNIE (18/10/2018)
Nombre de pages : 370

******************************************************

Victimes consentantes, sites BDSM, ” near death experiences “, chambre de tortures, meurtres filmés et ritualisés : jusqu’à sa confrontation finale avec le tueur, Frankie va s’immerger dans ce que l’âme humaine a de plus noir et de plus pervers. Un noir absolu, malgré les taches de bleu de Prusse, ce pigment utilisé par Chagall et que l’on retrouve sur les victimes comme une signature.