Némésis – Xavier Massé

Dès le prologue, l’auteur nous met dans l’ambiance générale que sera celle du livre, de l’horreur du début à la fin !

David, policier à la brigade criminelle, reçoit l’appel de son ami d’enfance Vincent, lui aussi policier, mais à la brigade des mineurs. Celui-ci veut qu’il retourne à Assieu, le village où ils ont grandi, afin de l’aider à résoudre un terrible meurtre. La petite Gaëlle, 4 mois, a été retrouvée sauvagement assassinée.

À son arrivée, David découvre son village complètement changé ; finis les champs cultivés à l’ancienne et les petites maisons de campagne, place aux grandes exploitations gérées avec du matériel moderne, et aux lotissements aux maisons modernes. Revers de la médaille, une pollution sonore omniprésente et une guerre entre pro-modernisme appuyée par le maire et les anciens qui prônent un retour aux anciennes valeurs.

L’auteur ne nous épargne aucun détails sordides, livre à ne pas mettre dans les mains de tout le monde, âmes sensibles s’abstenir.

J’avoue, je ne suis pas fan de roman où est abordé la mort d’enfant. Mais là, le roman est très bien écrit, les scènes décrites permettent de saisir la folie du meurtrier, elles sont nécessaires pour rendre cette histoire cohérente. J’ai pu aller au bout de ma lecture sans souci et y trouver beaucoup de plaisir.

Le suspense est maintenu jusqu’au bout, nous tenant en haleine jusqu’aux dernières pages. La fin est surprenante avec une touche de fantastique que l’on n’avait absolument pas vu venir.

Bravo à Xavier Massé, encore une fois un excellent roman, une réussite, comme ses deux autres romans !

320 pages
Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (05/11/2020)

***************************************************

« David… ? C’est moi, c’est Vincent ! Il faut que tu viennes ! Il faut que tu me rejoignes dans notre village d’enfance… il s’est passé quelque chose… c’est horrible, je n’ai jamais vu ça !… »
Une disparition anormale, un meurtre sans précédent, un village divisé entre croyances et superstitions, une atmosphère étouffante…
David et Vincent, deux gosses d’Assieu devenus flics, vont s’immerger dans cette enquête, et sans le savoir vont descendre aux portes de l’enfer…

 

La belle-mère – Sally Hepworth

Lucy et Olliver “Ollie“, sont mariés et ont 3 enfants. 

Lucy, femme au foyer, prend très au sérieux son rôle de mère et ne supporte pas que sa belle-mère, Diana, lui dise comment les élever. Elle entretient avec celle-ci des relations difficiles et souvent conflictuelles. Pourtant, lors de leur première rencontre, elle pensait que Diana allait pourvoir combler le vide qu’a laissé sa mère lors de son décès, quand Lucy n’avait alors que 13 ans.

Leur vie va basculer quand la police frappe à leur porte pour leur annoncer le suicide de Diana. Mais pourquoi cette riche femme a qui tout sourit aurait-elle mis fin à ses jours ? 

Ce roman à 2 narrateurs : Lucy et Diana. Deux points de vue totalement différents de la même histoire. Diana que l’on sent si fragile, qui veut bien faire, mais ne sait absolument pas comment s’y prendre. Lucy, qui espère, développer avec Diana une relation mère-fille, mais qui ne comprend absolument pas le comportement de Diana, qu’elle trouve froide et distante.

Deux points de vues qui changent complètement la vision du comportement de Diana que l’on aurait trouvé hostile si l’auteur ne nous avait pas fait part de sa narration.

Le présent et le passé se mélangent développant habilement un suspens haletant.

La fin est surprenante. Ce roman est un appel à la tolérance et à l’amour. Très bonne lecture.

360 pages
Éditeur : L’ARCHIPEL (20/08/2020)

**********************

Lucy et Olliver “Ollie”, sont mariés et ont 3 enfants.

Lucy, femme au foyer, prend très au sérieux son rôle de mère et ne supporte pas que sa belle-mère, Diana, lui dise comment les élever. Elle entretient avec celle-ci des relations difficiles et souvent conflictuelles. Pourtant, lors de leur première rencontre, elle pensait que Diana allait pourvoir combler le vide qu’a laissé sa mère lors de son décès, quand Lucy n’avait alors que 13 ans.

Leur vie va basculer quand la police frappe à leur porte pour leur annoncer le suicide de Diana. Mais pourquoi cette riche femme a qui tout sourit aurait-elle mis fin à ses jours ?

Ce roman à 2 narrateurs : Lucy et Diana. Deux points de vue totalement différents de la même histoire. Diana que l’on sent si fragile, qui veut bien faire, mais ne sait absolument pas comment s’y prendre. Lucy, qui espère, développer avec Diana une relation mère-fille, mais qui ne comprend absolument pas le comportement de Diana, qu’elle trouve froide et distante.

Deux points de vues qui changent complètement la vision du comportement de Diana que l’on aurait trouvé hostile si l’auteur ne nous avait pas fait part de sa narration.

Le présent et le passé se mélangent développant habilement un suspens haletant.

La fin est surprenante. Ce roman est un appel à la tolérance et à l’amour. Très bonne lecture.

%d blogueurs aiment cette page :