Pietà – Daniel Cole

Hiver 1989.
Un corps congelé est retrouvé dans Hyden park, la mise en scène de celui-ci faisant penser étrangement à la statue du “Penseur de Rodin”. Le sergent Chambers se rend sur le lieu du crime. Il constate avec effroi que la victime n’était pas encore morte, mais trop tard pour la sauver.

Chambers, aidé de l’agent Winters premier arrivé sur la scène du crime décide de partir sur la trace de ce tueur.

Leur enquête va tourner au drame.

7 ans plus tard.
Jordan Marshall, un agent de police stagiaire, décide de reprendre l’enquête depuis le début en sollicitant l’aide de Chambers et Winters.

L’auteur raconte l’histoire, d’un Serial-killer épris d’art qui signe ses meurtres comme des œuvres d’art célèbres en les mettant intelligemment en scène. D’ailleurs, il nous est assez simple à nous lecteur d’imaginer celles-ci grâce aux illustrations présentes à la fin de chacun des meurtres.

Je suis assez déçue par ce roman. Celui-ci traîne en longueur, avec des chapitres qui n’en finissent pas. Pourtant, l’idée de la mise en scène des crimes était brillante. Les personnages principaux sont fades, sans caractère lisse. L’intrigue trop vite dévoilée et comprise pour nous tenir en haleine.

Éditeur : ROBERT LAFFONT (01/07/2021)

*******************************

Le grand retour de Daniel Cole, auteur du bestseller Ragdoll.
Tuer est son art, vous serez son chef-d’œuvre…

Londres, hiver 1989.
Un corps est retrouvé dans Hyde Park par la Metropolitan Police. La victime a gelé dans une position pour le moins inattendue : celle du Penseur de Rodin. Mais quelque chose cloche dans son regard : ce bleu intense, perçant…
Quelques jours plus tard, nouveau crime. Cette fois, ce sont les corps d’une mère et de son fils que l’on découvre, réplique exacte de la Pietà de Michel-Ange.
Londres va bientôt se transformer en musée macabre, mais personne ne le sait encore…

Seule la haine -David Ruiz Martin

 

Larry Barney, psychanalyste, reçoit dans son cabinet Elliot 15 ans. Celui-ci vient le voir, car il n’arrive pas à se remettre de la mort (suicide) de son grand-frère Simon. Il lui raconte le parcourt qu’il a entrepris pour comprendre le geste de celui-ci. Mais ce qui devait être une banale consultation thérapeutique, tourne rapidement au huis-clos avec prise d’otage et un récit effrayant.

On découvre l’être humain dans e qu’il a de pire : lâche, égoïste, violent, méchant, sans cœur…

Larry montre très vite ses faiblesses en tant que thérapeute, alors que celui-ci se croit infaillible, il se laisse avoir par un simple enfant certes surdoué, mais qui n’a que 15 ans.

Que dire d’Elliot ? Il m’a vraiment dérangé, je n’en voudrais pas comme ami, ni dans la famille. Son discours et comportement et celui d’un adulte froid, calculateur sans sentiment.

Cette lecture m’a laissé perplexe, je ne sais pas trop quoi en penser. Je n’avais jamais rien lu de semblable. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, juste que c’est une lecture qui n’est pas faite pour moi malgré l’écriture fluide de l’auteur.

EAN : 9782372580861
Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (10/06/2021)

*****************************************

Elliot est intelligent. Elliot est sensible. Elliot a quinze ans aujourd’hui. Elliot a tout pour être heureux. Mais Elliot a vécu un drame. Elliot est dévasté. Elliot cherche des réponses… … alors Elliot s’est pointé avec un flingue chargé. Persuadé que Larry Barney, psychanalyste spécialisé dans les troubles de l’adolescence, est responsable du suicide de son frère, Elliot, quinze ans, se présente armé dans son cabinet. Séquestré, Larry n’a d’autre choix que de laisser le jeune homme lui relater les derniers mois. Mais très vite, c’est l’escalade de l’horreur : Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l’abject et de l’inhumanité. Au fil du récit, tandis que les détails se succèdent, une seule idée l’obsède : celle de s’en sortir, à tout prix…

 

%d blogueurs aiment cette page :