Une nuit sans fin – Éric Chavet

Une nuit sans fin

L’homme, 49  recouvreur pour une assurance et mariée à Angélique professeur des écoles et a une fille Nina de 19 ans.

Dans sa petite vie si banale existe aussi sa maitresse Léa, jeune veuve. elle lui permet de sortir de sa routine si ennuyeuse.

Une nuit, sous la pluie il rentre chez lui après s’être “pris la tête” avec sa maitresse. Pour couronner le tout voilà qu’un scooter lui colle au parechoc et le klaxonne…le drame arrive, il percute celui-ci…

On découvre un personnage principal impassible, lâche et peu touché par la mort d’autrui, qui bien au contrainte se plait à observer celle-ci.

Un roman très court qui se lit d’une traite, aucun temps mort.

Un roman noir qui fait froid dans le dos. Ou, comment en une nuit, une vie peut complètement basculer et entrainer dans sa chute d’autres vies.

Un roman très bien écrit, avec un ton adapté à la noirceur de celui-ci, rendant la banalité d’une vie pleine de rebondissements. Ou comment la noirceur cachée au fond de notre âme peut ressortir en quelques secondes. Un coup de coeur pour ce roman !

 

 

Les noyés du Clain – Thibaut Solano

 

 

Septembre 2001 : un jeune étudiant voit à la télévision les tours du World Trad Center s’effondrer.

2004 : le corps sans vie d’un jeune étudiant est découvert dans le Clain.

2015 : Simon, journaliste, se retrouve au chômage. Après avoir quitté la ville de Poitiers, il y a 11 ans, il accepte de retourner travailler dans le journal où il a fait ses débuts.

Hanté par la disparition de plusieurs étudiants noyers dans le Clain, il décide de reprendre l’enquête depuis zéro.

L’auteur à travers la description détaillée des lieus où se déplace Simon, rend l’ambiance du roman très glauque, mais malheureusement, cela entraîne de nombreuses longueurs et cela est bien dommage.

Le déroulé de l’histoire est très bien pensé à l’image du scénario d’un film.

Un bon roman, histoire inspiré de faits réels, mais voilà les longueurs du roman m’ont dérangé durant ma lecture.

Un premier roman plutôt pas mal, une histoire que je n’oublierai pas malgré ses imperfections.

416 pages
Éditeur : ROBERT LAFFONT (08/04/2021)

****************************************

Un roman noir sur un monde étudiant où l’on vit, où l’on aime et parfois… l’on tue.

Simon, étudiant à la fac de Poitiers, entre comme pigiste à L’Écho, le journal local, pour payer ses études. Pendant des mois, il couvre les kermesses et les inaugurations. Jusqu’au jour où le corps d’un jeune homme est découvert dans le Clain, la rivière qui traverse la ville.

Simon se lance avec passion dans l’enquête. Il interroge tous les témoins. Chacun y va de sa théorie sur les coupables : un gang de voleurs d’organes ou un tueur en série…

Mais Simon découvre que plusieurs étudiants sont morts dans des circonstances étranges. Rites sacrificiels ? Jeux de rôle ou urbsex qui auraient mal tourné ?

Les légendes brouillent le réel, Simon ne peut plus démêler le vrai du faux. Et bientôt, on cherche à le faire taire.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :