Intersections – Laure Morel

Audrey Lambert, 38 ans policière parisienne, est mutée à Marseille. Elle devra faire équipe avec Jérôme Starck, capitaine, misogyne, qui ne voit pas du tout d’un bon œil l’arrivée de cette femme, trouvant étrange cette mutation.

Très vite, ils sont confrontés à leur première mission ensemble : Carla Dufour, riche bourgeoise, mariée à Marc, chirurgien, mère de deux filles, disparaît brutalement. Très vite, cette disparition inquiétante, se transforme en kidnapping. Mais qui pouvait bien en vouloir à cette mère de famille à la vie si parfaite ?

Les personnages de Lambert et Starck sont hyper attachants. Elle,  a tout de la jeune femme moderne, sûre d’elle, mais très vite, on comprend que ce n’est qu’une façade, qu’elle cache une terrible souffrance. Lui, se fait passer pour misogyne, alors qu’il est limite fleur bleue, donne son amitié et son cœur, facilement, le mettant parfois dans des situations compliquées, comme nous allons le comprendre dans les toutes dernière pages.

Un thriller très bien écrit, avec un travail important et bien réussit sur la psychologie de tous les personnages. Tout est cohérent, possible. Le suspens est savamment mené jusqu’aux dernières pages, on ne voit rien venir.

Pas de coup de cœur, uniquement car un peu trop de longueur à mon goût, mais un très très bon roman, une auteure à suivre. Peut-être une suite de prévus ?

*****************************************

Carla Dufour, bourgeoise de 37 ans, disparaît.
Jérôme Starck et Audrey Lambert, deux flics que tout oppose sont contraints de faire équipe. Alors que Lambert peine à se remettre de ses traumatismes de femme battue, Starck capitaine misogyne et solitaire doit compter sur une coéquipière dont le lien avec la victime semble trouble.
Pourquoi le lieutenant Lambert, débarquée de la capitale, a-t-elle été affectée à Marseille ?
Que cachait Carla?
Plongés dans les méandres des sites de rencontre, les disparitions s’enchaînent.
Quand les incertitudes s’amoncellent et que l’expérience se révèle inopérante, sur quoi s’appuyer?

Laisser un commentaire