La Cave aux poupées – Magali Collet

Manon, 22 ans, vit seule avec le “père“, dans une maison perdue dans la campagne. Mais la vie de Manon n’est pas celle d’une jeune femme normale, non, son quotidien est de descendre à la cave, de nourrir les 2 jeunes filles enfermées dans les deux cellules qui s’y trouvent. Très vite, l’une des jeunes filles “disparaît”, il ne reste alors plus que Camille 17 ans, captive depuis 2 ans.

Manon et Camille vont lier une amitié très particulière.

Manon, est-elle libre, ou bien, elle aussi, prisonnière du “père” ? On comprend rapidement qu’elle aussi est prisonnière et vit un véritable enfer et que, surtout, elle ne sait rien de la vrai vie, n’ayant jamais quitté cette maison de l’enfer !

J’ai tellement aimé ce roman, que j’ai du mal à trouver les mots justes pour vous expliquer mon ressenti. Cette lecture est un coup de cœur, un coup de foudre littéraire comme je n’en ai pas eu depuis longtemps. L’écriture est à la fois simple et fluide. L’histoire cohérente du début jusqu’à la fin. Les personnages sont bluffants.

Manon parait “simplette” dans les premières pages, mais rapidement, on s’aperçoit qu’elle a une personnalité très complexe. Elle se cherche, elle ne comprend aucun des sentiments qui l’habitent, n’a aucun point de repère. Son âme est torturée, elle ne sait pas où se situe la frontière entre le bien et le mal et ne sait pas comment réagir face à certaines situations qui la dépassent.

Quant à Camille, elle tente de survivre tant bien que mal, se raccrochant à la vie à tout prix, c’est une battante.

Le père, je ne trouve aucun autre mot pour le décrire, que celui de monstre. Il ne connaît ni pitié ni amour pour personne.

Un énorme bravo à l’auteure, qui a une maîtrise parfaite de son écriture, elle nous présente un roman époustouflant. Coup de cœur énormissime, foncez l’acheter, vous ne le regretterez pas !!!

Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (19/03/2019)

***********************************************************

Manon n’est pas une fille comme les autres, ça, elle le sait depuis son plus jeune âge. En effet, une fille normale ne passe pas ses journées à regarder la vraie vie à la télé. Une fille normale ne compte pas les jours qui la séparent de la prochaine raclée monumentale… Mais, par-dessus tout, une fille normale n’aide pas son père à garder une adolescente prisonnière dans la cave de la maison.

2 comments

Laisser un commentaire