La machine à brouillard – Tito Desforges

Mac Murphy, s’arrête avec sa fille dans un village paumé au milieu de nul part. C’est pour lui le début de l’enfer !

Je suis assez mitigée à la fermeture de ce roman, qui mélange deux genres : thriller psychologique et roman noir.

Par moments, j’avais la sensation de tourner en rond, que les différents chapitres n’apportaient pas grand chose à l’histoire.

Rapidement, on comprend où veut en venir l’auteur.

Je n’ai pas été emballée, car j’avais avec cette lecture une sensation de déjà vu, me rappelant fortement d’autres romans dans la même lignée, mais que j’ai nettement plus apprécié.

La sauce n’a pas pris pour moi, malheureusement, malgré le talent de narrateur de l’auteur, son étude approfondie  et juste du psyché humain, je n’ai ressenti aucune empathie pour Mac Murphy. Il n’y a pas de vrai suspens ni de rebondissement.

Après cela reste mon ressentie, à vous de le lire et de juger.

Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (13/02/2020)

**********************************************

Mac Murphy est un soldat d’élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l’essentiel de son âme, morceau après morceau.
Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l’Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c’est une mauvaise idée.
Une époustouflante plongée dans l’amour d’un père pour sa fille et dans les tréfonds de la démence d’un homme. Inlâchable. Attention : cauchemar.

 

Laisser un commentaire