Policier·Thriller

Le cri de Nicolas Beuglet

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !
Inspiré par des découvertes et des événements réels, Le Cri renvoie à nos peurs les plus intérieures. Un thriller sur la folie des hommes et le danger d’une science dévoyée, transformée en arme fatale.

*******************
Sarah, inspectrice fragile,en pleine séparation,  est une héroïne assez différente des héroïnes habituelles des romans du même genre.

Elle est appelée dans un asile pour constater le suicide de l’un des patients, interné depuis de nombreuses années…ce suicide se transforme vite en crise cardiaque due à une grande frayeur…

Dans son enquête elle sera aidée par un journaliste Christopher

L’intrigue est un peu évidente, il y a un peu trop d’action, qui m’a, à certains moments, fait perdre un peu le cours de l’histoire. Dans ce livre on retrouve ne histoire d’amour évidente, des savants fous, mais le récit est plutôt bien construit, donc une belle découverte,d’un auteur que je ne connaissais pas du tout !

Ma note :
je n'ai pas aiméje n'ai pas aiméje n'ai pas aiméje n'ai pas aimé
Éditeur : XO EDITIONS (2016)
Nombre de pages :494 pages

Laisser un commentaire