L’erreur – Susi Fox

Suite à un accident de voiture (choc contre un kangourou, nous sommes en Australie), Sasha doit accoucher en urgence et subir une césarienne  à 35 semaines de grossesse.

D’emblée on ressent son angoisse à son réveil de voir que son bébé, si désiré, n’est pas là. Premier choc, la fille qu’on lui annonçait est en faite un petit garçon. Deuxième choc, dès que l’on emmène auprès de celui-ci elle ne ressent rien, aucun instinct maternel n’est présent. Elle pense de suite que l’on a échangé son bébé.

Par des retours en arrière régulier on apprend comment l’histoire d’amour de Sasha et Mark a débuté.

Le début est très long, l’histoire longue à démarrer, j’ai eu du mal à me mettre dedans, mais d’un coup tout s’est accéléré, j’ai enchaîné les chapitres sans m’en rendre compte, prise complètement dans cette histoire.

Plus je voyais défiler les pages, plus je me posais la question : Sasha est-elle folle, dépressive, souffrant de dépression post-partum,  ou à t’elle raison ?

Ayant eu aussi une césarienne en urgence je me suis posée la question aurais-je su aussi reconnaître mon enfant ?

Un roman brillant, qui tourne beaucoup autour de la dépression post-partum, même si on y retrouve quelques invraisemblances dure à avaler. J’ai beaucoup aimé cette lecture, car l’auteur est plutôt juste dans son analyse de la maternité. En effet, certains pensent que tout est rose, mais on est loin du compte, et rien n’est simple quand on voit entrer dans notre vie un petit être si fragile qu’il soit désiré ou non.

Éditeur : FLEUVE EDITIONS (10/01/2019)

********************************************************

Sasha a toujours voulu un bébé. Sa grossesse se déroule à merveille, jusqu’au jour où elle se retrouve à l’hôpital pour subir une césarienne d’urgence. À son réveil, elle demande à voir son enfant. Alors qu’elle s’attend à vivre un moment magique, Sasha plonge dans un cauchemar bien réel. Le nourrisson qu’on lui amène n’est pas le sien. La jeune mère n’a aucun doute, même si personne ne la croit. Ni les infirmières qui évitent ses questions, ni son mari qui essaie de la convaincre, ni sa meilleure amie, appelée au secours. Pour tous, Sasha souffre d’un stress lié aux circonstances de la naissance. Mais ce serait oublier combien l’instinct d’une mère est profondément ancré en elle, en dépit des apparences. Si le bébé devant elle n’est pas le sien, où est passé son enfant ? Et qui a pu faire cette erreur ?

Laisser un commentaire