L’inconnue de l’équation – Xavier Massé

Juliette et François se pointent mutuellement une arme. L’inspecteur Amandine Binger tente de les calmer en les incitant à poser leurs armes, quand Julien, leur fils de 13 ans arrive.

Le lendemain, l’inspecteur Migue et Dida interrogent dans 2 salles Amandine et Mireille, la mère de François qui a juste eu le temps d’entendre une terrible explosion dans la maison où se trouve son fils, sa belle-fille et Julien son petit fils, dans le coma depuis.

A travers les récits alternés de Mireille et Amandine, on découvre toute l’histoire de cette famille avec des retours en arrière, nous dévoilant le destin hors norme de François issu d’une famille pauvre qui a réussi, tout perdu pour de nouveau devenir riche. Mais aussi la version d’Amandine qui diffère de celle de Mireille, qui a été contactée par François pour enquêter sur Juliette.

Avec un suspens haletant, Xavier nous balade d’une hypothèse à l’autre, nous empêchant de lâcher le roman. On a beau se triturer les méninges on ne comprend pas comment cette famille a pu en arriver à s’entretuer, une famille qui après tant d’épreuves avait absolument tout pour être heureuse.

Xavier à un talent de conteur ahurissant, quand on sait que ce n’est que son 2eme roman on se dit, sans trop penser se tromper,  qu’une longue carrière d’écrivain l’attend. J’avais déjà adoré son  premier roman, mais avec celui-ci il arrive au sommet de son art. Coup de coeur absolue !

Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (16/05/2019)

*******************************************

Quatre heures. La police n’a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu’un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol.
Deux salles d’interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes.
Accident, meurtre, ou vengeance ?
Une toile d’araignée va se tisser peu à peu et d’une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.

Laisser un commentaire