La Cave aux poupées – Magali Collet

Manon, 22 ans, vit seule avec le “père“, dans une maison perdue dans la campagne. Mais la vie de Manon n’est pas celle d’une jeune femme normale, non, son quotidien est de descendre à la cave, de nourrir les 2 jeunes filles enfermées dans les deux cellules qui s’y trouvent. Très vite, l’une des jeunes filles “disparaît”, il ne reste alors plus que Camille 17 ans, captive depuis 2 ans.

Manon et Camille vont lier une amitié très particulière.

Manon, est-elle libre, ou bien, elle aussi, prisonnière du “père” ? On comprend rapidement qu’elle aussi est prisonnière et vit un véritable enfer et que, surtout, elle ne sait rien de la vrai vie, n’ayant jamais quitté cette maison de l’enfer !

J’ai tellement aimé ce roman, que j’ai du mal à trouver les mots justes pour vous expliquer mon ressenti. Cette lecture est un coup de cœur, un coup de foudre littéraire comme je n’en ai pas eu depuis longtemps. L’écriture est à la fois simple et fluide. L’histoire cohérente du début jusqu’à la fin. Les personnages sont bluffants.

Manon parait “simplette” dans les premières pages, mais rapidement, on s’aperçoit qu’elle a une personnalité très complexe. Elle se cherche, elle ne comprend aucun des sentiments qui l’habitent, n’a aucun point de repère. Son âme est torturée, elle ne sait pas où se situe la frontière entre le bien et le mal et ne sait pas comment réagir face à certaines situations qui la dépassent.

Quant à Camille, elle tente de survivre tant bien que mal, se raccrochant à la vie à tout prix, c’est une battante.

Le père, je ne trouve aucun autre mot pour le décrire, que celui de monstre. Il ne connaît ni pitié ni amour pour personne.

Un énorme bravo à l’auteure, qui a une maîtrise parfaite de son écriture, elle nous présente un roman époustouflant. Coup de cœur énormissime, foncez l’acheter, vous ne le regretterez pas !!!

Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (19/03/2019)

***********************************************************

Manon n’est pas une fille comme les autres, ça, elle le sait depuis son plus jeune âge. En effet, une fille normale ne passe pas ses journées à regarder la vraie vie à la télé. Une fille normale ne compte pas les jours qui la séparent de la prochaine raclée monumentale… Mais, par-dessus tout, une fille normale n’aide pas son père à garder une adolescente prisonnière dans la cave de la maison.

Siège 7A – Sebastian Fitzek

Vol de nuit – Départ Buenos-Aires, arrivée Berlin.

Mats Krügeraviophobe, prend tout de même l’avion afin de rejoindre Nele, sur le point d’accoucher. Sa phobie va jusqu’à l’étude approfondie des crashs passés afin de savoir qu’elle est la place la moins dangereuse dans l’avion. Il va jusqu’à en réserver 4 par sécurité.

Il va vite oublier sa peur de l’avion, pour la remplacer par une peur bien plus inquiétante : un fou furieux aux idées bien particulières sur les vaches laitières, kidnappe Nele, qui se rendait justement à l’hôpital pour accoucher. Il exige de Mats que celui-ci manipule une des passagères et ancienne patiente, afin que l’avion s’écrase.

À travers des flash-back, on découvre que Mats a perdu son épouse d’un terrible cancer, et, qu’au lieu de rester auprès d’elle à la fin, il s’est lâchement enfuit en Argentine où il vit depuis. Nele ne lui a jamais pardonné cet abandon. Mats voit justement dans la naissance de sa première petite-fille, le début d’une réconciliation possible et surtout une rédemption pour lui.

Les personnages sont attachants et criants de vérité. Leurs souffrances sont explorées par l’auteur avec beaucoup de justesse, on a envie de rentrer dans le roman afin de les aider.

Même la folie est abordé  de façon particulière, comme si cela était normal, l’auteur y  aborde plusieurs types de folies, à des degrés bien différent, allant du gentil fou,on en arrive presque à vouloir défendre la cause des vaches laitière, mais aussi au fou furieux, qui haie profondément l’humain et a soif de vengeance

Il y a aussi des thèmes très présent le pouvoir et bien sûr l’argent, on se rend vite compte que c’est le moteur de tout.

Pour résumer, ce roman est époustouflant, je l’ai lu d’une traite. Un thriller psychologique avec un suspense haletant.

Éditeur : L’ARCHIPEL (05/03/2020)

******************************************

Mats Krueger, psychiatre renommé qui vit désormais à Buenos Aires, est contraint de surmonter sa phobie de l’avion quand sa fille Nele, avec qui il a perdu contact depuis des années, lui annonce qu’elle est sur le point d’accoucher.
Quand il prend place à bord du vol qui doit le mener à Berlin, il ne se doute pas encore qu’il aura à affronter le pire – ni les turbulences ni les trous d’air n’en seront la cause… Peu après le décollage, Mats reçoit un appel anonyme en forme d’ultimatum. Sa fille vient d’être enlevée. S’il veut éviter qu’elle et son bébé soient exécutés, il n’a d’autre choix que de provoquer le crash de l’avion… Pour cela, on lui suggère de manipuler mentalement Kaya, l’une des hôtesses, qui n’est autre qu’une de ses anciennes patientes. Mais quel rôle joue-t-elle vraiment ?