Les noyés du Clain – Thibaut Solano

 

 

Septembre 2001 : un jeune étudiant voit à la télévision les tours du World Trad Center s’effondrer.

2004 : le corps sans vie d’un jeune étudiant est découvert dans le Clain.

2015 : Simon, journaliste, se retrouve au chômage. Après avoir quitté la ville de Poitiers, il y a 11 ans, il accepte de retourner travailler dans le journal où il a fait ses débuts.

Hanté par la disparition de plusieurs étudiants noyers dans le Clain, il décide de reprendre l’enquête depuis zéro.

L’auteur à travers la description détaillée des lieus où se déplace Simon, rend l’ambiance du roman très glauque, mais malheureusement, cela entraîne de nombreuses longueurs et cela est bien dommage.

Le déroulé de l’histoire est très bien pensé à l’image du scénario d’un film.

Un bon roman, histoire inspiré de faits réels, mais voilà les longueurs du roman m’ont dérangé durant ma lecture.

Un premier roman plutôt pas mal, une histoire que je n’oublierai pas malgré ses imperfections.

416 pages
Éditeur : ROBERT LAFFONT (08/04/2021)

****************************************

Un roman noir sur un monde étudiant où l’on vit, où l’on aime et parfois… l’on tue.

Simon, étudiant à la fac de Poitiers, entre comme pigiste à L’Écho, le journal local, pour payer ses études. Pendant des mois, il couvre les kermesses et les inaugurations. Jusqu’au jour où le corps d’un jeune homme est découvert dans le Clain, la rivière qui traverse la ville.

Simon se lance avec passion dans l’enquête. Il interroge tous les témoins. Chacun y va de sa théorie sur les coupables : un gang de voleurs d’organes ou un tueur en série…

Mais Simon découvre que plusieurs étudiants sont morts dans des circonstances étranges. Rites sacrificiels ? Jeux de rôle ou urbsex qui auraient mal tourné ?

Les légendes brouillent le réel, Simon ne peut plus démêler le vrai du faux. Et bientôt, on cherche à le faire taire.

 

 

Les protégés de Sainte Kinga – Marc Voltenauer

De nos jours : une prise d’otage est en cours dans les mines de sel de Bex. L’inspecteur Andreas Auer se rend sur place afin d’essayer de raisonner les ravisseurs, il est d’autant plus concerné que son neveu fait parti des otages.

Entre passé et présent l’auteur nous fait découvrir la captivant histoire des ces mines, à travers l’histoire d’Aaron Salzberg, polonais, venu travaillé dans les mines de sels de Bex en 1826.

Ce huis clos est angoissant, comme si nous étions pris au piège dans ces mines. Petit à petit, on découvre quelles sont les motivations des ravisseurs et l’on se sent alors souffrir du syndrome de Stockholm envers cet étrange Charlot, qui parait emplie de justice.

Entre nazisme, homophobie, jalousie, adultère, l’auteur, nous plonge au tréfonds de l’enfer, ou l’issue est inconnue. Une histoire remplie de rebondissement ou l’on ne sait plus qui sont les méchants. Un livre plein d’humanisme.

EAN : 9782889441457
Éditeur : SLATKINE ET CIE (01/10/2020)

***************************************

1826. Aaron Salzberg descend d’une diligence sur la place de Bex. Il a quitté le royaume de Pologne où il est né pour venir travailler dans les mines de sel qui ont fait la fortune de cette petite ville suisse. 2020. L’inspecteur Andreas Auer est appelé en urgence : une prise d’otages est en cours dans les mines de sel de Bex, toujours en activité. Un wagon avec un homme solidement attaché à son bord sort de l’étroite galerie souterraine et s’embrase sous le regard stupéfait des négociateurs et des forces de l’ordre. Andreas et son équipe n’ont que quelques heures pour découvrir l’identité des ravisseurs et leurs motivations. Une enquête qui les conduira à remonter jusqu’à l’origine des mines.