Purple Heart, tome 1 : Le Sauveur – Auteur : Warnauts Dessinateurs : Raives, Warnauts

 

New-york année 50.

Josuah Flanagan, se remet avec difficulté depuis son retour de la guerre en Europe. Il y a perdu un ami très cher, ce qui lui a valu l’obtention de la fameuse médaille “Purple Hearth”, remise aux héros de guerre.

Depuis son retour, il a refusé, au grand damne de sa mère, de reprendre ses études de droit. En attendant de trouver sa voie, il est devenu enquêteur privé pour le cabinet d’avocat de Layton, également son ancien commandant lors de sa présence au front.

Celui-ci lui demande d’enquêter sur une étrange histoire d’adultère et de chantage dont serait victime des clients de Layton.

En parallèle, il devra aider son ami, rescapé des camps de la mort, Aron Seligmann, prêteur sur gage, à comprendre pourquoi deux nazis, l’ont tabassé afin de retrouver deux tableaux qu’il aurait eu en gage, qui selon lui n’auraient aucune valeur.

Même si le scénario n’a rien de transcendant ni d’extraordinaire, je salue la qualité des planches et l’ambiance année 50,un New-York d’après-guerre, bien retranscrite par des dessins sombres, collant parfaitement à l’ambiance très noire de cette BD. Le héros est parfait, avec un côté sombre, torturé, homme à femmes, qui n’arrive à s’engager avec aucune de ses maîtresses, collant parfaitement à l’histoire et au genre de cette BD. Un peu plus de suspense et d’action serait top dans le tome 2 et on aurait la BD parfaite !

Éditeur : LE LOMBARD (13/09/2019)

**********************************************

New York, années 50. Josuah Flanagan, ancien de la 101e aéroportée et décoré de la prestigieuse Purple Heart, travaille comme enquêteur pour un cabinet d’avocats. En fait, il bosse principalement pour James Layton, l’ancien commandant de sa compagnie. Josuah est chargé de découvrir qui fait chanter un magnat de l’immobilier. Ronald Husler, séduisant self-made man quadragénaire, est en effet victime d’un chantage lié au passé trouble de son épouse.

Le petit spirou : La BD du film

 

Pour une fois ça sera une chronique différente celle du film avec l’avis de loulou 7 ans et celle de la BD.

Avec loulou nous avons d’abord été voire le film et on a adoré. Les personnages sont plutôt fidèles à la BD même si leur comportement et langage un peu  épuré pour plaire au plus grand nombre. Loulou est devenu fan inconditionnel de spirou dont il voyait les BD dans la bibliothèque de maman.

La BD est différente des autres Bd car elle alterne entre des interviews du réalisateur (Nicolas Bary), nous expliquant la naissance du film et celles de certains des acteurs principaux.

J’avoue j’ai moi aimé cette Bd car comme l’a dit loulou y a moins de dessins que les autres, eh oui même s’il ne l’a pas encore finie, il aurait préféré ne pas avoir d’interviews. Donc cette Bd est plus pour les parents ou jeunes adultes que pour des enfants.

En tant qu’adulte j’ai plutôt aimé les explications du réalisateur sur le changement de certains personnages afin de les rendre plus crédible.

Un bon moment ciné passé avec loulou et une Bd engloutie en moins de 2  😛

Éditeur : DUPUIS (08/09/2017)
Nombre de page : 64

 

*******************************************

Ça y est, le Petit Spirou fait son cinéma ! À l’occasion de la sortie en salle du film Le Petit Spirou, adaptation par Nicolas Bary de la série culte de Tome et Janry, notre incorrigible héros en culottes courtes – rouges, cela va de soi – vous propose de découvrir ou de redécouvrir son univers grâce à cet album spécial.

Au programme : dictée de rires, révisions ludiques des personnages et exposé oral sur les acteurs du projet, avec plein d’anecdotes et d’infos sur la conception du film, depuis les coulisses de la réalisation jusqu’au rendu final derrière la caméra. Dans une maquette originale aux senteurs de l’enfance, fidèle au caractère espiègle de son protagoniste, cette compilation enrichie revient sur quelques-uns des gags les plus drôles et les plus célèbres de la série. Et en dix-huit albums et plus de vingt-cinq ans d’existence, il y en a eu des blagues, des bêtises et de l’émotion !

Alors, pour ceux qui ont vu le film sans connaître la BD, pour ceux qui ont lu la BD sans voir le film, pour ceux qui projettent d’y aller, bref, pour tout le monde, enfants, parents et grands enfants, lancez-vous ! Après tout, nous avons tous en nous quelque chose du Petit Spirou !

 

 

%d blogueurs aiment cette page :