Vengeances tardives – Francis Schull

Léopoldine habite en Alsace le petit village d’Oberwihrheim, où elle est postière.

Son petit train train quotidien bascule le jour où elle découvre le cadavre de Joseph Weberlé, adjoint au maire du village, vigneron et magouilleur à ses heures perdus…

Ne faisant pas confiance à la gendarmerie du coin et voulant pimenter sa vie de vieille fille, elle décide de mener l’enquête, tel Miss Marple son idole.

Grâce à son métier de postière, et à son goût certain pour les commérages, elle connaît tout le monde et est au courant de tout ce qui se passe aux alentours.

L’écriture de ce roman et simple, sans fioriture inutile, le langage utilisé est d’actualité. Les personnages sont drôles, attachants, criant de vérité, la caricature de Joséphine, la mère de Léopoldine, est juste drôle, tellement elle reflète la réalité des maisons de retraite et de leurs résidents insupportables et acariâtres, je sais, ils ne sont pas tous comme ça, mais bon une grande majorité tout de même.  Léopoldine est juste parfaite, je détesterai l’avoir comme voisine, elle est le symbole parfait de la commère qui espionne ses voisins lol.

J’ai lu ce roman d’une traite, je me suis régalée, je n’ai aucun défaut à lui pointer, j’ai réussi à me détendre, à rire, merci  et bravo à l’auteur !

Éditeur : CITY EDITIONS (02/05/2019)

***************************************************

Léopoldine, la postière d’Oberwihrheim, découvre en faisant ses dévotions à la Vierge, un cadavre dans le confessionnal de l’église. C’est celui du maire adjoint, tué d’un grand coup sur le crâne. L’homme était aussi un important vigneron de ce village, fleuron de la route des vins d’Alsace. Émule de miss Marple, grenouille de bénitier et quinquagénaire excentrique, Léopoldine se met en tête de découvrir le meurtrier avant le gendarme chargé de l’enquête. Il faut bien reconnaître que l’homme n’est pas un cador ébouriffant d’efficacité… Dans ce village animé par des guerres viticoles sans merci, des ragots tous azimuts et de vilains petits secrets de voisinage, l’enquête s’annonce épineuse. Sans compter qu’un mystérieux corbeau vient semer la zizanie. C’est sûr, Léopoldine a du pain sur la planche… et un petit verre de blanc sur la table !

Le code télémaque – Jean-luc Aubarbier

 Une enquête de Cavaignac & Karadec- Tome 5 – Peut-être lu indépendamment des autres tomes.

Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, couple d’archéologues, partent aux états-unis dans le Colorado pour participer à une fouille dans une réserve indienne.

Il y rencontre une de leur ancienne connaissance, Richard Ternant, qu’ils n’ont pas quitté dans les meilleurs termes. Le lendemain, celui-ci sera retrouvé assassiné dans sa chambre d’hôtel.

Année 1714
François de Salignac de la Mothe-Fénélon,63 ans évêque bâtisseur et attaqué dans son carrosse.  Il mourra 1 mois plus tard de ses blessures.

De nos jours,
Près du corps de Richard on retrouve le livre “Télémaque” écrit par Fénélon.

Pierre et Marjolaine, relient ce meurtre à l’attaque qu’ils subissent de la part du Ku Klux Klan et aux livres “Le code Da Vinci” et “Anges et démons” écrit par l’auteur inconnu Dan Brown.

Ils décident de rentrer en France afin de découvrir quel secret tentait de cacher Fénélon. Cette recherche va les mener sur les traces de Fénélon à travers la France, mais ils seront ralentis par un groupe de fanatiques religieux.

L’auteur passe de l’époque de Fénélon à nos jours tout au long du roman, cela permet de saisir très vite les enjeux de ce secret si bien gardé depuis de si nombreuses années.

Grâce à ce livre très bien documenté j’ai découvert une partie de la vie de Fénélon, premier franc-maçon français. Celui-ci avait déjà des idées révolutionnaires sur le statut de la femme et l’éducation des enfants et était un visionnaire sur la naissance de la démocratie.

L’auteur décrit avec brio les complots qui régnaient autour de la cour de Louis XIV, le roi soleil. Chacun veut régner, avoir du pouvoir. Un monde d’hypocrites où seul l’argent et le pouvoir compte, on y découvre des êtres sans scrupules, prêt à tout pour garder leurs petits avantages.

Éditeur : CITY EDITIONS (03/04/2019)

***************************************************

Un homme est retrouvé mort, assassiné, dans la chambre d’un hôtel dans le Colorado. Près de lui, il y a un exemplaire du livre “Télémaque” de Fénelon, le grand auteur français du Grand (17e) Siècle. Et un mystérieux message codé écrit de la main du mort…
La victime était l’ami de Pierre Cavaignac et de Marjolaine Karadec, les deux archéologues français arrivés sur place pour faire des recherches dans une réserve indienne. Ce meurtre est-il lié aux attaques du Ku Klux Klan dont ils ont été victimes depuis leur arrivée dans la réserve ?
Les deux archéologues découvrent rapidement qu’une confrérie tente de s’emparer d’un secret dissimulé par Fénelon au Grand Siècle. Un secret pour lequel certains sont prêts à faire couler le sang car il est la source d’un pouvoir incommensurable… et destructeur

 Une enquête de Cavaignac & Karadec
1- L’échiquier du Temple »,
2-« Le Testament Noir »,
3-« La Vengeance de Gaïa »
4- « Le complot de l’Aube Dorée »

Pour aller plus loin :

François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon, né le 6 août 1651 au château de Fénelon à Sainte-Mondane (Quercy, aujourd’hui la Dordogne) et mort le 7 janvier 1715 à Cambrai, est un homme d’Église, théologien, pédagogue et écrivain français.

Précepteur du duc de Bourgogne, archevêque de Cambrai (1695-1715), il s’opposa à Bossuet et tomba en disgrâce lors de la querelle du quiétisme, et surtout, après la publication de son roman, Les Aventures de Télémaque (1699), considéré comme une critique de la politique de Louis XIV et dont l’influence littéraire fut considérable pendant plus de deux siècles. Fénelon a également écrit plusieurs autres ouvrages concernant la pédagogie ou bien didactiques (Traité de l’éducation des filles, Recueil des fables, Dialogues des morts, notamment)

Télémaque
Pour son élève royal (qui cependant devait mourir en 1712 sans être devenu roi, pas plus que son père mort l’année précédente), Fénelon écrivit plusieurs œuvres amusantes et en même temps instructives : d’abord une suite de fables, les Aventures d’Aristonoüs et les Dialogues des morts modernes, mais surtout, en 1694-1696, un roman éducatif d’aventures et de voyages Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse.

Dans ce roman à la fois pseudo-historique et utopique, il conduit le jeune Télémaque, fils d’Ulysse, flanqué de son précepteur Mentor (manifestement le porte-parole de Fénelon) à travers différents États de l’Antiquité, qui la plupart du temps, par la faute des mauvais conseillers qui entourent les dirigeants, connaissent des problèmes semblables à ceux de la France des années 1690, plongée dans des guerres qui l’appauvrissent, problèmes qui cependant peuvent se résoudre (au moins dans le roman) grâce aux conseils de Mentor par le moyen d’une entente pacifique avec les voisins, de réformes économiques qui permettraient la croissance, et surtout de la promotion de l’agriculture et l’arrêt de la production d’objets de luxe.

%d blogueurs aiment cette page :