L’échelle de Richter – Luc Desportes – Raphaël Frydman

L'échelle de Richter

 

Cette bande-dessinnée au format inhabituel à des dessins en noir et blanc et un graphisme très simple qui colle parfaitement à l’ambiance très noire de cette histoire.

L’histoire est divisée en plusieurs parties, chacune d’elles nous faisant découvrir un personnage principal.

Il y a Hassan, un sans papier qui travaille au noir. Ruben, ancien rappeur sur le déclin qui vent des machines à laver dans un magasin d’électroménager, qui va peu à peu vivre une longue descente aux enfers. Karl, croupier, dont on vient de retrouver la fille assassinée dans un hôtel qui va chercher à savoir qui a bien pu faire ça et pourquoi.

Une brochette de personnages, tous très différents, mais torturés par une vie qu’ils estiment en dessous de ce qu’ils imaginaient. Ils sont criants de vérité. 

Une palette de la société actuelle, allant du brillant chirurgien respecté, qui est très loin d’être parfait, du flic qui s’occupe de sa mère, du père de famille qui rêve d’une vie meilleure, d’une actrice qui rêve de gloire… Leur seul point commun : le corps de la jeune fille retrouvée dans l’hôtel.

J’ai dévoré ce roman très noir, un coup de cœur, tout est parfait, les dessins, l’atmosphère, l’histoire ! Un énorme Bravo !

496 pages
GALLIMARD BD (08/09/2021)

****************************************

À Paris, au coeur de la nuit, une jeune femme est retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel. Autour de ce décès aussi sordide que mystérieux, un faisceau d’indices, et une enquête criminelle où se télescopent petites frappes, star du rap, sans papier, médecin, comédienne, flic à la dérive… Tous sont impliqués, de près ou de loin. Morceaux de vies et fragments d’intimité s’imbriquent et se répondent, semblant jouer en réseau à proximité de l’horreur. Une plongée en eaux troubles.

Te tenir la main pendant que tout brûle – Johana Gustawsson

2002- Québec Lac-Clémence
Les lieutenants Jules et Maxine, de retour de congés maternité, sont appelés sur la scène d’un crime. L’ancienne institutrice de Maxine, Pauline Caron aurait assassiné sauvagement son mari le très respectable Philippe Caron Professeur d’histoire.

Maxine a du mal à émerger depuis le décès de son mari survenu il y a quelques mois. Sa fille Charlotte est en pleine crise d’adolescence, son fils Hugo fait mal ses nuits et maintenant elle doit gérer un meurtre et surtout découvrir à qui appartient les 7 mains découvertes dans la maison des Carons !

1949 – Lac-Clémence
À la sortie de l’école, Lina rejoint sa mère dans l’asile à Lac-Clémence où celle-ci exerce en tant qu’infirmière. C’est là qu’elle va se lier d’amitié avec une vieille pensionnaire Lucienne. Souffre douleur de l’une de ses camarades, Lucienne va lui apprendre à gagner en assurance, mais aussi les rudiments de la magie noire…

1899 – paris
Lucienne est malheureuse dans son mariage. Son monde bascule quand lors d’un incendie ses 2 petites filles disparaissent. Elle ne pense pas un seul instant, que celles-ci ont péri dans l’incendie. Elle cherche l’aide auprès de voyantes et sorcières pour retrouver qui les a enlevées.

Sur fond de spiritisme et de magie noire, à travers 3 récits à des époques et des lieux différents, l’auteur nous fait découvrir le destin de plusieurs femmes bien différentes.

Johana Gustawsson, que je suis depuis son premier roman Block 46, a conquit définitivement mon coeur de lectrice, me transformant en fan inconditionnelle.

Johana a un talent inné pour l’écriture. Aucun temps mort dans ce roman, une écriture fluide, des détails subtiles nous permettant de nous mettre facilement dans la peau des personnages. J’ai eu du mal à lâcher ma lecture.

Et cette fin, mais je n’ai absolument rien vu venir, une fin époustouflante comme je les aime. Johana a une imagination débordante. Elle arrive à jongler d’un récit à un autre avec justesse et tout ça au bon moment.

Quelle lecture ! Un coup de cœur énormissime comme je n’en avais pas eu depuis longtemps.

Encore bravo Johana, tu me prouves encore une fois qu’avec tes romans, je ne suis jamais déçue et surtout que je ne m’ennuie à aucun moment ! 

324 pages
Éditeur Calmann levy noir

*********************************************************

Si vous n’avez pas la force brute et que personne ne vous entend, il vous reste d’autres voies…

Lac-Clarence, Québec, 2002. Maxine Grant, inspectrice et mère célibataire dépassée, est appelée sur une scène de crime affreuse.
L’ancienne institutrice du village, appréciée de tous, a massacré son mari, le lardant de coups de couteau.
Paris, 1899. Lucienne Lelanger refuse d’admettre la mort de ses filles dans un incendie. Elle intègre une société secrète dans l’espoir que le spiritisme et la magie noire l’aideront à les retrouver.
Lac-Clarence, 1949. La jeune Lina vit une adolescence
mouvementée. Pour la canaliser après l’école, sa mère lui impose de la rejoindre à la Mad House, la maison de repos où elle travaille.
Lina y rencontre une étrange patiente, qui lui procure des conseils pour le moins dangereux…

%d blogueurs aiment cette page :