Meurtre en Franche-Comté – Line Dubief

Le commissaire Raymond Eustache, 53 ans, quitte La Rochelle pour Besançon, afin de se rapprocher de son ex-femme, Marianne, qui l’a quitté pour une femme, mais qui va bientôt avoir un enfant de lui.

A peine arrivé il fait face à une série de viol inexpliquée.

Tout en essayant de résoudre ces crimes, il cherche ses marques dans cette ville qui lui est totalement inconnue, à l’opposée de La Rochelle et de ses mouettes. Il se pose également beaucoup de questions sur le futur rôle qu’il aura auprès de son enfant.

Line Dubief écrit merveilleusement bien, avec un souci des détails, afin que le lecteur soit immergé en totalité dans l’histoire. Eustache est tellement humain avec des états d’âme comme n’importe qui, loin du flic parfait auquel nous sommes habitués, avec une vie personnelle chaotique, quasiment inexistante.  J’ai adoré également les 5 frères et soeurs, unies comme les 5 doigts de la main, prêt à tout pour se protéger les uns et les autres.

L’intrigue est bien menée du début à la fin, l’auteur nous menant sur plusieurs pistes, avec un final comme je les aime, où l’on nous révèle tout, et nous n’avions bien sûr rien vu venir !

Éditeur : GESTE (10/07/2019)

*****************************************

Le commissaire Eustache est contraint de quitter sa ville de La Rochelle pour s expatrier à Besançon. Très rapidement, alors qu il enquête sur une série de viols commis dans la cité bisontine, un corps est retrouvé au pied du Minotaure, gigantesque statue de bronze qui trône sur la digue au milieu de la rivière. Tout indique que ce cadavre est celui du violeur en série. Chahuté par les bourrasques de pluie, de vent et par les tribulations d une nouvelle vie, Eustache cherche le fil qui lui permettra de lever l ombre du monstre qui plane sur la ville.

Commissaire Eustache :
1-MEURTRE SUR OLÉRON – LES MOUETTES NE SE MARRENT PLUS DE LINE DUBIEF

Meurtre sur Oléron – Les mouettes ne se marrent plus de Line Dubief

 

Un homme est retrouvé mort sur l’ïle d’Oléron sur la plage de La Brée.
Le commissaire Raymond Eustache est détaché sur l’île pour aider la gendarmerie dans son enquête.
Le cadavre est celui de Mathieu Rimbaud, fils de l’épicier.

L’histoire débute le 21 juillet, mais afin de nous faire comprendre pourquoi Mathieu est mort, l’auteur nous ramène au 16 juillet, la narration est faite par la victime elle même, et continuera jusqu’au jour de sa mort, avec des retours au présent avec l’avancement de l’enquête.
On découvre un jeune homme comme tous les autres, qui vie de petits boulots (travaille dans le marais salant et dans un vignoble), fumant de l’herbe de temps à autre, sortant faire la fête…etc
Il n’a pas vraiment d’ennemis, sauf peut être le fils du patron du vignoble où il travaille qui le jalouse aussi bien pour la qualité de son travail au vignoble, comme pour la relation privilégiée qu’il entretient avec Marie qui travaille aussi durant les vacances au vignoble.

Au fil des pages on sent que quelque chose torture Mathieu

Ce livre est une bouffée d’air frais, j’avais la sensation d’être sur la plage, de sentir l’odeur des algues, de sentir le sable sous mes pieds nus, l’auteure excelle dans l’art de décrire ce qui entoure les personnages.

L’enquête est prenante, le duo formé par le commissaire et le gendarme plus qu’improbable fonctionne plutôt bien, même si j’avoue j’ai entraperçu rapidement qui, et pourquoi, Mathieu était mort, cela n’a rien enlevé à mon plaisir de lire ce livre. Un grand, même un immense Bravo à l’auteure, une excellente surprise, un coup de coeur pour ce roman ! Une belle découverte, hâte découvrir un prochain roman de cette auteure et pourquoi par avec Eustache et un peu plus d’informations sur celui-ci et son passé secret.

Éditeur : LA GESTE (02/03/2017)
Nombre de pages : 295

************************************************************

Sur une petite plage de l’île d’Oléron, un jeune homme est retrouvé mort, à demi enseveli dans le sable. Raymond Eustache, commissaire de police de La Rochelle, est dépêché sur place.

Au rythme enivrant des effluves marins et des pineaux charentais, il arpente les marais salants sauvages et les vignobles de l’île. Au fil de ses rencontres, il s’imprègne de la vie insulaire. Alors que se profile la courte vie de la victime, les circonstances du meurtre se dessinent pour faire resurgir un passé implacable et douloureux.

%d blogueurs aiment cette page :