Kill Screen- Joel A. Sutherland

Cela fait 2 mois qu’Eve joue sans relâche à son nouveau jeu : Kill Screen. Malheureusement à la fin du jeu elle ne fait à chaque partie, tuée par un démon : la Fumerolle.

Elle a trouvé dans les jeux vidéo une échappatoire, depuis le décès brutal, 2 ans auparavant, de ses parents dans un terrible accident de voiture. Elle vit depuis avec sa grand-mère.

Eve a également un terrible secret : elle voit des fantômes !

Sa vie va changer, le jour ou elle arrive enfin à tuer la fumerolle dans son jeu vidéo. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’en gagnant, elle libérait ainsi ce terrible démon sur terre. La Fumerolle n’a qu’une idée en tête : détruire les humains et s’emparer de leurs âmes.

Aidé de son meilleur ami Harold et du fantôme de Leida, la conceptrice du jeu, commence pour nos trois héros, une course contre la montre afin de détruire ce démon et ses acolytes.

Un roman qui se lit d’une traite, aucun temps mort, des personnages hyper réalistes et attachants. Des descriptions qui font frissonner comme si nous y étions. Je reste certaine que ce livre va plaire à notre jeune public de plus de 10 ans !

Éditeur : ACTES SUD (02/10/2019)

******************************************

Après le décès brutal de ses parents, Ève se réfugie dans le monde virtuel pour oublier son chagrin. Elle est obsédée par Kill Screen, un jeu vidéo impossible à battre. Jusqu’à ce qu’elle découvre comment vaincre l’ennemie ultime du jeu. Mais en battant la Fumerolle, Ève a relâché ce fantôme dans le monde réel où il détruira tous les êtres vivants et réduira leurs âmes en esclavage. C’est maintenant à Ève et à son ami Harold d’arrêter la Fumerolle et de nous sauver tous. Un roman pour les amateurs de frissons, par l’auteur de La maison abandonnée.

Crimes et fantômes de noël – Collectif

Pour une fois je vais faire très court, car malgré mon grand enthousiasme je n’ai pas réussi à finir ce recueil de nouvelles.

Malgré la préface très encourageante de Jean-Pierre Croquet et de nouvelles écrites par des auteurs de grande notoriété, je n’ai pas réussi à m’imprégner de l’ambiance très particulière de ces nouvelles, j’ai abandonné après la lecture de 3 nouvelles. Je pense que ce genre n’est pas pour moi tout simplement, les histoires étant très courtes je n’arrive pas à rentrer dans l’ambiance de l’histoire et quand, enfin j’y parvient, la nouvelle s’achève.

Éditeur : L’ARCHIPEL (28/11/2018)

Nombre de pages : 295

******************************************

Convier spectres et assassins au traditionnel festin de Noël ? Se réunir autour du pied du sapin pour entendre une histoire à dresser les cheveux sur la tête ? Pourquoi donc mêler, à ces moments de bonheur familial, tant de récits effrayants ?
C’est un fait, depuis Charles Dickens, le conte horrifique de Noël est devenu presque aussi rituel que la bûche et les cadeaux. Il traduit la noirceur des nuits les plus longues de l’année, traversées de vents hurleurs que les ombres projetées par les flammes dans l’âtre rendent plus inquiétantes encore… Il est si bon de se faire peur, au coin d’un feu de bois !
Composée par Jean-Pierre Croquet, romancier et spécialiste de littérature fantastique, cette anthologie rassemble douze histoires angoissantes signées Charles Dickens, Arthur Conan Doyle, Erckmann-Chatrian, Robert Louis Stevenson, Sheridan Le Fanu, Gaston Leroux ou Thomas Hardy. D’autres nouvelles criminelles, issues de la plume de Saki, W.W. Jacobs ou Edith Nesbit, constituent d’agréables découvertes.

%d blogueurs aiment cette page :