Inexorable de Claire Favan

 

Dès la préface, par le fils de Claire Favan, j’ai les larmes aux yeux et je  me sens touchées personnellement…

Milo, 4 ans assiste avec sa maman, Alexandra, à l’arrestation en pleine nuit, à leur domicile,  de son père Victor, dénoncé par sa maîtresse pour braquage. Milo le vit très mal et restera traumatisé. Il exprimera ce mal être, cette tristesse et rage,   par de la violence envers ses camarades de maternelle. Sa maman, après des sacrifices financiers, se fera aider par une psychologue.

Trois ans plus tard, Victor sort de prison et reprend la vie commune avec Alexandra qui ne lui pardonne qu’à une seule condition, qu’il reprenne le droit chemin et se trouve un travail honnête. Mais c’est sans  compter sur son ancien “patron” qui ne désir pas le laisser tranquille… commence, pour Milo et sa mère des années difficiles…

Ce livre aborde avec justesse la “différence” de certains enfants.  Mal perçue, incompris  par les autres enfants  et adultes  cela crée un mal être chez ces enfants, engendrant un harcèlement des autres, créant une spirale infernale dont l’enfant n’arrivera jamais à sortir. Il sera toujours jugé, le fautif des moindres écarts, le coupable idéal en somme. Elle y décrit parfaitement les sentiments ambigus que ressent la mère de Milo passant d’un amour inconditionnel à un “pétage de câble” en bonne et due forme par lassitude, perdant l’espoir d’un avenir meilleur, pour l’instant d’après regretter et se battre à nouveau pour cet amour indestructible malgré toutes les épreuves que traversera Milo.

Claire Favan a réussi à faire vibrer mon coeur de maman tellement elle est juste dans ses propos, je peux vous assurer qu’elle sait parfaitement de quoi elle parle et elle à d’autant plus de mérite car à aucun moment on ne rentre dans le mélodrame, tout est parfaitement maîtrisé.

Mon Dieu mais quel livre, un coup de coeur phénoménale pour moi, un Chef d’oeuvre, je l’ai dévoré en 24 heures, impossible de m’endormir sans connaître la fin.

Éditeur : ROBERT LAFFONT (11/10/2018)
Nombre de pages : 384

****************************************************

Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.
Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.

 

Ragdoll de Daniel Cole

L’inspecteur Fawkes surnommé « Wolf » vient d’être réintégré dans son service.

Il est vite amené à refaire équipe avec l’inspectrice Baxter, lors de la découverte d’un corps, ou plutôt d’un  corps et de 6 cadavres  rapiécés entre eux tel  une poupée de chiffon, cette dépouille sera surnommé « Ragdoll ».

Très vite on découvre que la tête appartient à Khalid, tueur en série que Wolf avait arrêté par le passé, qui avait été relâché suite à un témoin l’ayant disculpé, pour commettre un nouveau meurtre très peu de temps après avec un témoin du crime cette fois.

On comprend vite que cette affaire  a détruit Wolf.

Commence une double enquête, d’un côté découvrir à qui sont ces parties de corps et d’autre par  qui est ce meurtrier qui en veut tant à Wolf.

Le livre commence par un prologue, où l’on découvre un Wolf qui perd le contrôle et tente de tuer un accusé. Début plutôt prometteur.
MAIS, même si  j’ai plutôt aimé ce livre, j’ai eu de mal à être emporté complètement  dans l’histoire. Peut être qu’aux vues des diverses critiques j’en attendais trop ? Je ne sais pas, il manque un petit quelque chose, il y a trop d’invraisemblances, et la fin est décevante, n’apporte rien à l’histoire ni aux personnages principaux dont on sait peu en faite, sur Baxter on ne sait rien, Wolf on sait juste qu’il est divorcé… j’aime connaître les personnages des histoires et là flou total, l’auteur essai de nous les rendre attachant, mais non ça ne colle pas.

Bon après pour un premier roman c’est plutôt pas mal du tout, je dirais qu’il se perfectionnera avec le temps 😀

Editeur : Robert Laffont
Nombre de pages : 454

**********************

Votre nom figure sur la liste du tueur. La date de votre mort aussi…
Un « cadavre » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l’a aussitôt baptisé Ragdoll, la poupée de chiffon.
Tout juste réintégré à la Metropolitan Police de Londres, l’inspecteur « Wolf » Fawkes dirige l’enquête sur cette effroyable affaire, assisté par son ancienne coéquipière, l’inspecteur Baxter.
Chaque minute compte, d’autant que le tueur s’amuse à narguer les forces de l’ordre : il a diffusé une liste de six personnes, assortie des dates auxquelles il a prévu de les assassiner.
Le dernier nom est celui de Wolf.
Coup d’essai, coup de maître pour ce thriller déjà vendu dans plus de 35 pays avant parution et en cours d’adaptation pour une série TV.

« À vous couper le souffle ! Si vous avez aimé Seven, vous adorerez Ragdoll. » M. J. Arlidge, auteur d’Am Stram Gram

%d blogueurs aiment cette page :