Pietà – Daniel Cole

Hiver 1989.
Un corps congelé est retrouvé dans Hyden park, la mise en scène de celui-ci faisant penser étrangement à la statue du “Penseur de Rodin”. Le sergent Chambers se rend sur le lieu du crime. Il constate avec effroi que la victime n’était pas encore morte, mais trop tard pour la sauver.

Chambers, aidé de l’agent Winters premier arrivé sur la scène du crime décide de partir sur la trace de ce tueur.

Leur enquête va tourner au drame.

7 ans plus tard.
Jordan Marshall, un agent de police stagiaire, décide de reprendre l’enquête depuis le début en sollicitant l’aide de Chambers et Winters.

L’auteur raconte l’histoire, d’un Serial-killer épris d’art qui signe ses meurtres comme des œuvres d’art célèbres en les mettant intelligemment en scène. D’ailleurs, il nous est assez simple à nous lecteur d’imaginer celles-ci grâce aux illustrations présentes à la fin de chacun des meurtres.

Je suis assez déçue par ce roman. Celui-ci traîne en longueur, avec des chapitres qui n’en finissent pas. Pourtant, l’idée de la mise en scène des crimes était brillante. Les personnages principaux sont fades, sans caractère lisse. L’intrigue trop vite dévoilée et comprise pour nous tenir en haleine.

Éditeur : ROBERT LAFFONT (01/07/2021)

*******************************

Le grand retour de Daniel Cole, auteur du bestseller Ragdoll.
Tuer est son art, vous serez son chef-d’œuvre…

Londres, hiver 1989.
Un corps est retrouvé dans Hyde Park par la Metropolitan Police. La victime a gelé dans une position pour le moins inattendue : celle du Penseur de Rodin. Mais quelque chose cloche dans son regard : ce bleu intense, perçant…
Quelques jours plus tard, nouveau crime. Cette fois, ce sont les corps d’une mère et de son fils que l’on découvre, réplique exacte de la Pietà de Michel-Ange.
Londres va bientôt se transformer en musée macabre, mais personne ne le sait encore…

Les folles enquêtes de Magritte et Georgette : Nom d’une pipe !- Nadine Monfils

René Magritte, célèbre peintre belge, à parfois des visions qu’il s’empresse de peindre. Cette fois, il voit une jeune femme en robe fleurie. Son épouse Georgette se montre très jalouse de cette toile.

Quelques jours plus tard, le corps sans vie, assassinée, de la jeune femme qu’a peint René est retrouvé.

René, aidé de Georgette, décide de mener l’enquête. Quel duo de choc ! Ils sont pétillants, drôles. On adore ce couple dès les premières pages !
L’auteur par son écriture nous plonge dans le roman comme si nous étions avec nos acolytes au milieu de leur enquête pleine de suspense.

Pour ajouter encore plus de plaisir à notre lecture, l’auteur nous fait découvrir la vie intime d’une peintre belge célèbre, on rentre facilement dans l’intimité du couple et de leur mode de vie.

L’auteur m’a fait rire, avec des réparties, des scènes loufoques, moi qui n’avais jamais lu aucun roman de Nadine Monfils et bien, je suis très agréablement surprise. Un roman parfait, drôle ou les scènes de crime sont décrient de telle façon que l’on n’est même pas choquée ! L’auteur a un talent de compteuse inouïe. 

Une superbe découverte, je vais rapidement lire le deuxième tome !

312 pages
Éditeur : ROBERT LAFFONT (06/05/2021)

**********************************

La nouvelle pépite du cosy mystery dénichée par La Bête noire : Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette. Une série d’enquêtes inédites menées par le peintre René Magritte et sa femme, Georgette.
C’était au temps où Bruxelles bruxellait…

À l’arrêt du tram, le célèbre peintre René Magritte, chapeau boule, costume sombre et pipe au bec, a une vision étrange : une jeune femme en robe fleurie, debout à côté de son corps ! Il en parle à Georgette, son épouse, et immortalise la scène dans un tableau. Quelques jours plus tard, cette femme est retrouvée assassinée, avec une lettre d’amour parfumée dans son sac et un bouquet de lilas sous sa robe.

%d blogueurs aiment cette page :