Le dompteur de lions

C’est le mois de janvier et un froid glacial s’est emparé de Fjällbacka. Une fille à demi nue, surgie de la forêt enneigée, est percutée par une voiture. Lorsque Patrik Hedström et ses collègues sont prévenus, la jeune fille a déjà été identifiée. Il s’agit de Victoria, portée disparue depuis quatre mois. Son corps présente des blessures qu’aucun accident ne saurait expliquer : ses orbites sont vides, sa langue est coupée et ses tympans percés. Quelqu’un en a fait une poupée humaine. D’autres cas de disparitions dans les environs font redouter que le bourreau n’en soit pas à sa première victime.
De son côté, Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire pour son nouveau bouquin. Une femme purge sa peine depuis plus de trente ans pour avoir tué son mari, un ancien dompteur de lions, qui maltraitait leur fille avec sa complicité passive. Mais Erica est persuadée que cette mère de famille porte un secret encore plus sombre. Jonglant entre ses recherches, une maison en perpétuel désordre et des jumeaux qui mettent le concept de l’amour inconditionnel à rude épreuve, elle est loin de se douter que pour certains, l’instinct maternel n’a rien de naturel…
Avec ce neuvième volet de la série Fjällbacka, Camilla Läckberg signe un polar crépusculaire et violent. La reine du noir nordique s’y montre plus indomptable que jamais.
********************
La jeune Victoria a disparue alors qu’elle sortait de son cours d’équitation..
Elle est retrouvée errante près du même centre d’équitation…mais avant que quelqu’un puisse l’approcher, elle se fait renverser par une voiture et meure…
Patrick est chargé de l’enquête.

Pendant ce temps Erica prépare son nouveau roman : l’histoire de Laïla Kowalska enfermée depuis des années en prison pour le meurtre sauvage de son mari, et d’avoir laissé celui-ci torturer leur fille Louise, mais sans jamais rien faire à Peter leur 2ème enfant…

Rien ne reliait ces 2 enquêtes…mais on s’aperçoit que si…commence alors, une terrible et difficile enquête, regorgeant de personnes sans aucune empathie ni sens morale. Avec les retours en arrière dont nous a habitué l’auteur, rajoutant du suspens au livre.

Ce roman n’est pas mon préféré de l’auteur, le début est très long alors qu’habituellement elle démarre très fort…mais au tiers du livre impossible de lâcher le roman (nuit blanche en perspective pour finir vite et comprendre le pourquoi du comment :p). On veut savoir, comprendre, même si j’ai très vite compris qui avait fait quoi, on a envie d’en lire plus tellement ce roman est bien ficelé, les personnages bien travaillé.
J’ai trouvé également la fin très différente des autres romans, on s’attend à revoir dans un autre roman certains des personnages découvert dans ce roman…du moins je l’espère…

Ma note 

Éditeur : ACTES SUD (2016)
400 pages

La Princesse des glaces – Camilla Läckberg

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête (à moins qu’une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l’œuvre), Erica se convainc très vite qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres -, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d’une petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d’autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d’un peintre clochard – autre mise en scène de suicide. Au-delà d’une maîtrise évidente des règles de l’enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et – tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol – disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu’on ne le pense.

*************************************************** 

Comment ne pas s’attacher à Erika et à son mari Patrick ?

Des intrigues ou se mêle, le passé, le présent, l’amour, de l’humour, du drame…

Premier livre de cette auteure et grande découverte pour moi, du coup j’ai dévorée ses autres romans et en redemande encore !
Ma critique Babelio

Ma note :
 


%d blogueurs aiment cette page :