La belle-mère – Sally Hepworth

Lucy et Olliver “Ollie“, sont mariés et ont 3 enfants. 

Lucy, femme au foyer, prend très au sérieux son rôle de mère et ne supporte pas que sa belle-mère, Diana, lui dise comment les élever. Elle entretient avec celle-ci des relations difficiles et souvent conflictuelles. Pourtant, lors de leur première rencontre, elle pensait que Diana allait pourvoir combler le vide qu’a laissé sa mère lors de son décès, quand Lucy n’avait alors que 13 ans.

Leur vie va basculer quand la police frappe à leur porte pour leur annoncer le suicide de Diana. Mais pourquoi cette riche femme a qui tout sourit aurait-elle mis fin à ses jours ? 

Ce roman à 2 narrateurs : Lucy et Diana. Deux points de vue totalement différents de la même histoire. Diana que l’on sent si fragile, qui veut bien faire, mais ne sait absolument pas comment s’y prendre. Lucy, qui espère, développer avec Diana une relation mère-fille, mais qui ne comprend absolument pas le comportement de Diana, qu’elle trouve froide et distante.

Deux points de vues qui changent complètement la vision du comportement de Diana que l’on aurait trouvé hostile si l’auteur ne nous avait pas fait part de sa narration.

Le présent et le passé se mélangent développant habilement un suspens haletant.

La fin est surprenante. Ce roman est un appel à la tolérance et à l’amour. Très bonne lecture.

360 pages
Éditeur : L’ARCHIPEL (20/08/2020)

**********************

Lucy et Olliver “Ollie”, sont mariés et ont 3 enfants.

Lucy, femme au foyer, prend très au sérieux son rôle de mère et ne supporte pas que sa belle-mère, Diana, lui dise comment les élever. Elle entretient avec celle-ci des relations difficiles et souvent conflictuelles. Pourtant, lors de leur première rencontre, elle pensait que Diana allait pourvoir combler le vide qu’a laissé sa mère lors de son décès, quand Lucy n’avait alors que 13 ans.

Leur vie va basculer quand la police frappe à leur porte pour leur annoncer le suicide de Diana. Mais pourquoi cette riche femme a qui tout sourit aurait-elle mis fin à ses jours ?

Ce roman à 2 narrateurs : Lucy et Diana. Deux points de vue totalement différents de la même histoire. Diana que l’on sent si fragile, qui veut bien faire, mais ne sait absolument pas comment s’y prendre. Lucy, qui espère, développer avec Diana une relation mère-fille, mais qui ne comprend absolument pas le comportement de Diana, qu’elle trouve froide et distante.

Deux points de vues qui changent complètement la vision du comportement de Diana que l’on aurait trouvé hostile si l’auteur ne nous avait pas fait part de sa narration.

Le présent et le passé se mélangent développant habilement un suspens haletant.

La fin est surprenante. Ce roman est un appel à la tolérance et à l’amour. Très bonne lecture.

Écrit dans le sang – Edmonde Vergnes-Permingeat

La flamboyante et splendide Maya tombe en panne devant le manoir de la Giraudière. Hugo Rascol, le fils de l’un des propriétaires, lui propose de l’héberger le temps de la réparation de sa voiture.

Très vite, elle fait la connaissance des habitants venues passer l’été dans le manoir familial, les frères Rascol et leur famille. 

Stéphane, écrivain qui a connu un franc succès avec son premier roman, depuis n’a rien écrit qui ait pu susciter l’intérêt des lecteurs. Il vit très mal cette situation.

Frédéric, riche ténor du barreau, marié à la frivole Valérie, qu’il supporte tout juste et de ses 2 enfants, des jumeaux, Hugo, le tombeur qui se cherche, Marion qui n’a d’yeux que pour son frère, allant jusqu’à être jalouse de ses conquêtes.

Et enfin, Clément, croque-mort marié à la douce Agnès, et son fils Mathieu, brillant étudiant en médecine.

Le décor est planté pour un faire un bon roman bien noir. Petit à petit, la mystérieuse Maya va réussir insidieusement à semer son poison, révélant de terribles secrets, mais surtout la vraie personnalité de chacun d’eux !

Un suspens jusqu’aux dernières pages. Un roman écrit avec les mots justes, ainsi, les chapitres s’enchaînent à la perfection, on ne voit pas les pages défilées, on est happé par cette histoire.

Même les familles les plus parfaites en surface, ont de terribles secrets et des âmes loin d’être pures. Seul compte la réputation , l’argent et le pouvoir. Les états-d’âmes n’ont pas leur place dans ce roman.

On frôle tout au long du roman avec la folie de certains des protagonistes.

Et si au fond nous n’avions pas tous une part d’ombre dans nos âmes ?

Lisez ce roman vous ne serez pas déçu, et vous en verrez plus jamais votre famille de la même façon ! 

416 pages
Éditeur : L’ARCHIPEL (09/07/2020)

***************************************

Tombée en panne dans la campagne tarnaise, Maya se réfugie dans un manoir dont les occupants lui accordent l’hospitalité. Mais un meurtre sordide survient dans la paisible demeure : qui a tué Maya ? Après Sans mon ombre (l’Archipel, 2019), Edmonde Permingeat revient avec un polar où jalousie et vengeance distillent un suspense angoissant. La jeune Maya, une rousse sulfureuse, tombe en panne un soir d’été devant la grille de la Giraudière, un manoir perdu en pleine campagne tarnaise. Elle y est accueillie.

Mais, à peine installée dans cette étrange demeure où vit la famille Rascol, la ” belle aux yeux de chatte ” va jouer de sa séduction pour exacerber tous les conflits latents. Aucun membre de cette grande fratrie n’échappera à son emprise.

Quelques jours plus tard, elle disparaît de façon subite et inexpliquée… Avec les taches de sang laissées sur le tapis et les murs, sa chambre a tout d’une scène de crime.

Qu’est-il advenu de Maya ?

Une intrigue psychologique où jalousie et vengeance distillent un suspense angoissant.

%d blogueurs aiment cette page :