Siège 7A – Sebastian Fitzek

Vol de nuit – Départ Buenos-Aires, arrivée Berlin.

Mats Krügeraviophobe, prend tout de même l’avion afin de rejoindre Nele, sur le point d’accoucher. Sa phobie va jusqu’à l’étude approfondie des crashs passés afin de savoir qu’elle est la place la moins dangereuse dans l’avion. Il va jusqu’à en réserver 4 par sécurité.

Il va vite oublier sa peur de l’avion, pour la remplacer par une peur bien plus inquiétante : un fou furieux aux idées bien particulières sur les vaches laitières, kidnappe Nele, qui se rendait justement à l’hôpital pour accoucher. Il exige de Mats que celui-ci manipule une des passagères et ancienne patiente, afin que l’avion s’écrase.

À travers des flash-back, on découvre que Mats a perdu son épouse d’un terrible cancer, et, qu’au lieu de rester auprès d’elle à la fin, il s’est lâchement enfuit en Argentine où il vit depuis. Nele ne lui a jamais pardonné cet abandon. Mats voit justement dans la naissance de sa première petite-fille, le début d’une réconciliation possible et surtout une rédemption pour lui.

Les personnages sont attachants et criants de vérité. Leurs souffrances sont explorées par l’auteur avec beaucoup de justesse, on a envie de rentrer dans le roman afin de les aider.

Même la folie est abordé  de façon particulière, comme si cela était normal, l’auteur y  aborde plusieurs types de folies, à des degrés bien différent, allant du gentil fou,on en arrive presque à vouloir défendre la cause des vaches laitière, mais aussi au fou furieux, qui haie profondément l’humain et a soif de vengeance

Il y a aussi des thèmes très présent le pouvoir et bien sûr l’argent, on se rend vite compte que c’est le moteur de tout.

Pour résumer, ce roman est époustouflant, je l’ai lu d’une traite. Un thriller psychologique avec un suspense haletant.

Éditeur : L’ARCHIPEL (05/03/2020)

******************************************

Mats Krueger, psychiatre renommé qui vit désormais à Buenos Aires, est contraint de surmonter sa phobie de l’avion quand sa fille Nele, avec qui il a perdu contact depuis des années, lui annonce qu’elle est sur le point d’accoucher.
Quand il prend place à bord du vol qui doit le mener à Berlin, il ne se doute pas encore qu’il aura à affronter le pire – ni les turbulences ni les trous d’air n’en seront la cause… Peu après le décollage, Mats reçoit un appel anonyme en forme d’ultimatum. Sa fille vient d’être enlevée. S’il veut éviter qu’elle et son bébé soient exécutés, il n’a d’autre choix que de provoquer le crash de l’avion… Pour cela, on lui suggère de manipuler mentalement Kaya, l’une des hôtesses, qui n’est autre qu’une de ses anciennes patientes. Mais quel rôle joue-t-elle vraiment ?

La baie des trépassés – Jacques Mazeau

Quimper – Baie des trépassés

L’océan rejette le corps sans vie de Louise, 31 ans, professeur des écoles.

Le commandant Pierre Malville, récemment muté de Paris suite à une douloureuse rupture amoureuse, commence cette enquête, aidé par la jeune stagiaire Aude. Il ne voit pas d’un bon œil cette collaboration forcée, il aurait préféré un homme !

Qui a bien pu assassiner cette enseignante et jeune maman que tout le monde aime ?

Au fur et à mesure de l’enquête, Malville et Aude vont très vite s’apercevoir que Louise n’était pas si parfaite que ça. Autour d’elle gravitait tout un tas de personnages tous plus rock’n’roll les uns que les autres.

Cette multitude de personnages, présente des mœurs bien particuliers et surtout très douteux. Ils ont tout un caractère bien trempé et on a très vite la sensation, qu’ils ont tous quelque chose à cacher. Ils affichent tous sans vergogne leurs idées et manière de vivre.

L’auteur nous décrit à merveille les paysages sauvages de cette Bretagne si authentique, on sentait l’odeur iodé de la baie des trépassés.

Ce roman présente un cocktail détonant alliant, sexe, amour, suspense et désir de vengeance.

Même s’il n’est pas parfait, qu’il présente quelques longueurs avec, par moment, une sensation de tourner en rond, cela reste un bon roman, avec une écriture fluide et des descriptions juste parfaites !

Éditeur : L’ARCHIPEL (13/02/2020)

*****************************************

Enquête criminelle au fin bout du Finistère.
Col relevé, tête baissée, Malville, commandant de PJ, descend vers la plage de la baie des Trépassés, proche de la pointe du Raz. Il rejoint les techniciens de la police technique et scientifique qui lui désignent un cadavre de femme. Nue, sur le dos, jambes légèrement écartées, l’inconnue repose sur une couverture. Le visage boursouflé, les yeux bandés par une culotte, sans doute la sienne, des ecchymoses et des éraflures sur l’ensemble du corps… Enfin, détail incongru, le tatouage sur son pubis épilé : un coeur avec deux ailes.
Pour Malville, c’est le début d’une enquête délicate qui va le mener avec Aude, sa collègue stagiaire, à s’intéresser aux musiciens des Vielles Folles, un groupe de rock breton, à des trafiquants de vidéos porno et au milieu des ligneurs, ces pêcheurs de bar qui risquent leur vie dans le raz de Sein… Mais il lui faudra avant tout démêler les fils invisibles d’une vengeance.

%d blogueurs aiment cette page :