De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel

4éme enquête du capitaine Mehrlicht

On retrouve le capitaine Mehrlicht et son équipe enquêtant cette fois sous fond d’état d’urgence, la veille de Pâques, sur le meurtre d’un irlandais. Premier suspect du meurtre la très célèbre organisation terroriste irlandaise : l’IRA.

Comme dans ses précédents romans, Nicolas Lebel passe d’une scène difficile, à une scène pleine d’humour avec brio, m’ayant soutiré pas mal de sourires et de francs rires 😀

Des personnages toujours aussi humains et attachants, un Mehrlicht en plein entraînement pour participer à “Questions pour un champion” (oui oui la célèbre émission de Lepers ), Mickaël Dos Santos  qui se débat pour que son passé ne remonte pas à la surface, Sophie Latour qui vit une situation très difficile avec son fiancé.

Grâce à des flash-black commençant en avril 1964 jusqu’aux années 70, il nous est facile de nous imprégner de l’ambiance qu’il régnait en Irlande, une ambiance de conflits entre les protestants au pouvoir et les catholiques rejetés et persécutés par la société anglaise de l’époque, rêvant d’une Irlande  libre et indépendante…ce conflit ayant entraîné un fanatisme impossible à freiner, source de vengeance grandissant avec les années pour nous amenés à nos jours.

Un livre drôle, nous démontrant que malgré la noirceur qui peut nous entoure, on peut se relever, sourire, rire à la vie, aimer..Encore une réussite pour ce si sympathique auteur ! bravo 😀

Éditeur : LE LIVRE DE POCHE (09/05/2018) – Sélection prix des lecteurs 2018
Nombre de pages : 636

*******************************

Paris, jeudi 24 mars 2016 : à quelques jours du dimanche de Pâques, le cadavre d’un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé dans un pub parisien, une balle dans chaque genou, une troisième dans le front.À l’autopsie, on découvre sur son corps une fresque d’entrelacs celtiques et de slogans nationalistes nord-irlandais. Trois lettres barrent ses épaules : IRA. Le capitaine Mehrlicht fait la grimace. Enquêter sur un groupe terroriste irlandais en plein état d’urgence ne va pas être une partie de plaisir. D’autant que ce conflit irlandais remonte un peu.
Dans ce quatrième opus, Nicolas Lebel nous entraîne sur la piste d’un un assassin pyromane, un monstre né dans les années 70 de la violence des affrontements en Irlande du Nord, qui sème incendie, chaos et mort dans son sillage, et revient aujourd’hui rallumer les feux de la discorde à travers la capitale.

Ces précédents romans :
L’heure des fous
Le jour des morts
Sans pitié ni remords

Le jour des morts de Nicolas Lebel

 

Deuxième aventure du Capitaine Mehrlicht aidé de ses 2 acolytes Dossantos Mickaël et Latour Sophie.

Jacques, ami et ancien collègue du capitaine Mehrlicht, est à l’hôpital, atteint d’un cancer incurable, mais au lieu de se morfondre et d’attendre la mort, aidé de son ami, il joue les 400 coups, comme pour oublier l’épée de Damoclès sur sa tête. J’adore cette partie, elle est drôle, on s’attache de suite à ces 2 personnages.

C’est dans ce même hôpital que débute l’enquête de Mehrlicht : un patient est retrouvé mort empoisonné ! Ce sera le 1er d’une longue série…

L’auteur nous décrit si bien les personnages que j’ai l’impression qu’ils font partie de mon entourage, Mehrlicht et sa tête de grenouille, Dossantos le bodybuildé au passé trouble, Latour aux amours interdits, Carrel le légiste qui parle de la mort comme l’on parle d’un plat qu’on vient de manger, aux blagues très particulières qui ne font souvent que rire celui-ci. Guillaume Lagnac, le stagiaire, beau gosse, fils à papa, qu’on déteste de suite .

L’auteur aborde une partie de l’histoire qui m’intéresse particulièrement : la 2ème guerre mondiale, mais essentiellement l’après-guerre et ce qu’il arrivait aux “colabos”, des choses pas simples à lire et à accepter, nous demandant comment les abominations ont pu continuer même celle-ci terminée…nous amenant aux jours présent et à une historie de vengeance remontant justement à cette époque.

J’ai beaucoup souri, ris en lisant ce roman, Nicolas à une écriture,franche, amicale drôle, sans prise de tête, 2eme roman de la série que je lis, un peu tout dans le désordre je l’avoue 😛 , mais j’adore et recommande !

Ma chronique de “Sans pitié, ni remords”

Éditeur : MARABOUT (21/05/2014)

Nombre de pages : 377

*************************

Paris à la Toussaint. Le capitaine Mehrlicht, les lieutenants Dossantos et Latour sont appelés à l’hôpital Saint-Antoine: un patient vient d’y être empoisonné. Le lendemain, c’est une famille entière qui est retrouvée sans vie dans un appartement des Champs-Élysées. Puis un couple de retraités à Courbevoie… Tandis que les cadavres bleutés s’empilent, la France prend peur: celle qu’on surnomme bientôt l’Empoisonneuse est à l’oeuvre et semble au hasard décimer des familles aux quatre coins de France depuis plus de quarante ans. Les médias s’enflamment alors que la police tarde à arrêter la coupable et à fournir des réponses : qui est cette jeune femme d’une trentaine d’années que de nombreux témoins ont croisée? Comment peut-elle tuer depuis quarante ans et en paraître trente? Surtout, qui parmi nous sera sa prochaine victime? Dans la tornade médiatique et la vindicte populaire, chacun reconnaît la tueuse: elle est une voisine, une soeur, une ex, et la chasse aux sorcières s’organise. Mais derrière l’Empoisonneuse, c’est la Mort elle-même qui est à l’oeuvre, patiente et inexorable: nul ne lui échappera.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :