Sept mensonges – Elizabeth Kay

Mention toute particulière pour la couverture qui est juste sublime, j’ai littéralement craqué pour celle-ci.

Jane et Marnie se connaissent depuis leur entrée en 6ème, soit depuis 18 ans. Elles sont inséparables, les meilleures amies du monde.

Depuis le décès accidentel du mari de Jane, celle-ci s’est encore plus rapproché de Marnie et voit d’un très mauvais œil sa relation avec Charles. Et c’est avec cette relation qu’elle dira son premier mensonge : elle mentira en disant à Marnie qu’elle apprécie Charles.

C’est Jane qui raconte cette histoire, son histoire et ses sept mensonges. Mais on ne saura qu’à la fin à qui elle raconte celle-ci.

On comprend rapidement que Jane est jalouse, possessive, que l’amitié qu’elle ressent envers Marnie est toxique, malsaine.

Il y a tellement eux de longueurs dans ce roman, que j’ai vraiment pensé ne pas aller jusqu’au bout de cette lecture. Durant les premières pages, il ne se passe absolument rien. En lisant les divers avis, j’ai décidé de continuer tout de même pour savoir à qui Jane racontait son histoire.

Bon, au final, je n’ai pas ressentie de plaisir particulier à cette lecture, ni au début ni à la fin, je n’ai pas non plus détesté. Une lecture vraiment sans plus, que je vais rapidement oublier.

400 pages
Éditeur : ROBERT LAFFONT (11/06/2020)

*************************************************

Tout a commencé par un mensonge. Un tout petit mensonge… Jane et Marnie sont inséparables depuis l’enfance. Et si Jane avait été honnête depuis le début – si elle n’avait pas menti cette toute première fois -, alors peut-être que les choses auraient pu tourner autrement. Peut-être que le mari de sa meilleure amie serait encore en vie. Le temps est venu pour Jane de dire la vérité, enfin… sa vérité.
Tandis qu’elle se confie et décortique les sept mensonges qu’elle a racontés à Marnie, chacun plus terrible que le précédent, elle révèle les couches de noirceur qui ont infiltré leur amitié et les secrets toxiques qui remuent sous la surface. Mais une vérité peut toujours en cacher une autre… “

Frieda, la véritable histoire de lady Chatterley-Annabel Abbs

Frieda von Richthofen, jeune baronne allemande vit à Nottingham avec son mari, professeur et leurs trois enfants.

Elle prend conscience de combien sa vie est banale et ennuyeuse lors d’une visite de sa sœur qui se pavane et affiche ouvertement sa vie de femme infidèle. Elle ne comprend pas comment Frieda a pu faire un aussi mauvais mariage.

Au fil des ans, sa relation est devenue insipide, mais le peu d’argent qu’ils possèdent les oblige à se restreindre sur tout. Elle se sent enfermée dans son rôle d’épouse et de mère, alors qu’elle aspire à bien plus.

Sa rencontre avec Otto et leur relation adultère, va lui faire entrapercevoir un monde bien différent, empli d’amour et de liberté.

Mais sa vie va définitivement changer quand elle va tomber amoureuse du poète D.H Lawrence, elle quittera tout pour vivre pleinement cette relation, perdant ainsi la garde de ses enfants. En effet, à cette époque avoir un amant et quitter son mari, voulait également dire être mise au banc de la société. Elle tentera tant bien que mal de survivre à la séparation. Elle comprend que la liberté intellectuelle et sexuelle à un lourd prix : elle perd la liberté d’élever ses enfants !

Une biographie romancée, mais aussi un magnifique livre, un hymne à la liberté et au libre-arbitre et à la révolution sexuelle.

Éditeur : EDITIONS HERVÉ CHOPIN (02/04/2020)

********************************

Frieda von Richthofen, jeune baronne allemande à vit Nottingham avec son mari, professeur et leurs trois enfants.

Elle prend conscience combien sa vie est banale et ennuyeuse lors d’une visite e sa sœur qui se pavane et affiche ouvertement sa vie de femme infidèle. Elle ne comprend pas comment Frieda a pu faire un aussi mauvais mariage.

Au fil des ans, sa relation est devenue insipide, mais le peu d’argent qu’ils possèdent les oblige à se restreindre sur tout. Elle se sent enfermée dans son rôle d’épouse et de mère, alors qu’elle aspire à bien plus.

Sa rencontre avec Otto et leur relation adultère, va lui faire entrapercevoir un monde bien différent, empli d’amour et de liberté.

Mais sa vie va définitivement changer quand elle va tomber amoureuse du poète D.H Lawrence, elle quittera tout pour vivre pleinement cette relation, perdant ainsi la garde de ses enfants. En effet, à cette époque avoir un amant et quitter son mari, voulait également dire être mise au banc de la société. Elle tentera tant bien que mal survivre à la séparation. Elle comprend que la liberté intellectuelle et sexuelle à un lourd prix : elle perd la liberté d’élever ses enfants !

Une biographie romancée, mais aussi un magnifique livre, un hymne à la liberté et au libre-arbitre et à la révolution sexuelle.

%d blogueurs aiment cette page :