Cinq cartes brûlées – Sophie Loubière

Laurence Graissac, en fort surpoids,  a eu une enfance malheureuse. Elle a grandit  entre un grand frère, Thierry, psychopathe depuis toujours, qui la maltraite, l’insulte, se moque d’elle à longueur de journée, un père brillant par son absence, avec qui elle a toujours entretenu une relation étrange et une mère en proie à une terrible dépression.

Elle voit un espoir, une lumière au fond du tunnel quand elle démarre une brillante carrière sportive, et débute sa première vraie relation amoureuse. Et si elle avait enfin droit au bonheur ?

Mais comme jamais rien n’est simple dans sa vie,  et que le sort s’acharne sur elle, tout va  basculer en un quart de seconde.

Quelle lecture, quel roman, il m’a bouleversé ! Cette histoire se déroule comme un jeu de carte : si l’on a la bonne pioche, tout roule, jusqu’au moment où l’on tire la mauvaise carte et là pam, on perd tout, tout s’effondre comme un château de carte !

Laurence, qu’est ce qu’on adore ce personnage du début à la fin. Elle est humaine, fragile, avançant dans la vie tant bien que mal, perdue, se demandant parfois pourquoi elle était là, quelle était le but de sa vie ? Et Thierry, on le déteste dans les premières pages, puis petit à petit on fait l’effort d’essayer de le comprendre, même, si je l’avoue, pour ma part j’avais envie de lui crier dessus, de lui dire d’être plus tolérant, moins méchant.

L’auteur mène son histoire où elle veut, doucement, mais sûrement pour un dénouement final surprenant. Une belle découverte, un bon roman bien noir.

FLEUVE EDITIONS (16/01/2020)

*************************************************

Laurence Graissac grandit aux côtés de son frère, Thierry, qui prend toujours un malin plaisir à la harceler et à l’humilier. Du pavillon sinistre de son enfance à Saint-Flour, elle garde des blessures à vif, comme les signes d’une existence balayée par le destin. Mais Laurence a bien l’intention de devenir la femme qu’elle ne s’est jamais autorisée à être, quel qu’en soit le prix à payer. Le jour où le discret docteur Bashert, en proie à une addiction au jeu, croise sa route, la donne pourrait enfin changer…

Thriller psychologique d’une rare intensité, Cinq cartes brûlées va vous plonger au cœur de la manipulation mentale. De celle dont on ne revient jamais indemne.

Blessures invisibles -Isabelle Villain

On retrouve, toute l’équipe de Rébecca de Lost, confrontée à une nouvelle affaire. Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile. Tout laisse supposer à un suicide.

Rébecca a des doutes sur cette thèse, qui seront renforcés par l’épouse du mort, celle-ci est persuadée qu’il a été assassiné. Mais qui pouvait en vouloir à ce militaire en pleine dépression, due au stress-post-traumatique qu’il ressent depuis sa dernière mission ? Qui avait tout intérêt à le voir mourir ? Au fil des pages, l’auteur décrit avec justesse l’état de celui-ci, shooter aux anxiolytiques, calmants, somnifères, espérant désespérément retrouver une vie normale et oublier toute la violence qu’il a pu rencontrer.

Lost, voit dans cette affaire, une échappatoire afin d’oublier le décès de son meilleur ami Antoine (lire mauvais genre), et surtout de ne pas se focaliser sur le tueur au marteau qui a fait son grand retour depuis quelques semaines. Une enquête très complexe va continuer en parallèle. Va-t-on enfin savoir qui est ce meurtrier qui a l’air de viser Lost ?

L’auteur nous parle également de la difficulté de vieillir, l’acceptation de cet état et de voir partir ceux que l’on aime. Avec beaucoup de retenue elle décrit la douleur de la perte, le choix de mourir.

Aucun temps mort dans ce roman. Des personnages aux caractères bien trempés, attachants, et la fin, géniale ! Un excellent roman, qu’il faut lire à tout prix.

Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (09/01/2020)

********************************************

Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête, son arme à la main.La thèse du suicide est pourtant très vite abandonnée par le groupe du commandant Rebecca de Lost, et les pistes militaires et familiales se multiplient.Dans le même temps, le « tueur au marteau », demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, décide de reprendre du service.Deux enquêtes sous haute tension. Un final explosif !

Rebecca de Lost :
1- Peine capitale
2 – Âmes battues
3- Mauvais genre
4 – Blessures invisibles

%d blogueurs aiment cette page :