La Cave aux poupées – Magali Collet

Manon, 22 ans, vit seule avec le “père“, dans une maison perdue dans la campagne. Mais la vie de Manon n’est pas celle d’une jeune femme normale, non, son quotidien est de descendre à la cave, de nourrir les 2 jeunes filles enfermées dans les deux cellules qui s’y trouvent. Très vite, l’une des jeunes filles “disparaît”, il ne reste alors plus que Camille 17 ans, captive depuis 2 ans.

Manon et Camille vont lier une amitié très particulière.

Manon, est-elle libre, ou bien, elle aussi, prisonnière du “père” ? On comprend rapidement qu’elle aussi est prisonnière et vit un véritable enfer et que, surtout, elle ne sait rien de la vrai vie, n’ayant jamais quitté cette maison de l’enfer !

J’ai tellement aimé ce roman, que j’ai du mal à trouver les mots justes pour vous expliquer mon ressenti. Cette lecture est un coup de cœur, un coup de foudre littéraire comme je n’en ai pas eu depuis longtemps. L’écriture est à la fois simple et fluide. L’histoire cohérente du début jusqu’à la fin. Les personnages sont bluffants.

Manon parait “simplette” dans les premières pages, mais rapidement, on s’aperçoit qu’elle a une personnalité très complexe. Elle se cherche, elle ne comprend aucun des sentiments qui l’habitent, n’a aucun point de repère. Son âme est torturée, elle ne sait pas où se situe la frontière entre le bien et le mal et ne sait pas comment réagir face à certaines situations qui la dépassent.

Quant à Camille, elle tente de survivre tant bien que mal, se raccrochant à la vie à tout prix, c’est une battante.

Le père, je ne trouve aucun autre mot pour le décrire, que celui de monstre. Il ne connaît ni pitié ni amour pour personne.

Un énorme bravo à l’auteure, qui a une maîtrise parfaite de son écriture, elle nous présente un roman époustouflant. Coup de cœur énormissime, foncez l’acheter, vous ne le regretterez pas !!!

Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (19/03/2019)

***********************************************************

Manon n’est pas une fille comme les autres, ça, elle le sait depuis son plus jeune âge. En effet, une fille normale ne passe pas ses journées à regarder la vraie vie à la télé. Une fille normale ne compte pas les jours qui la séparent de la prochaine raclée monumentale… Mais, par-dessus tout, une fille normale n’aide pas son père à garder une adolescente prisonnière dans la cave de la maison.

La baie des trépassés – Jacques Mazeau

Quimper – Baie des trépassés

L’océan rejette le corps sans vie de Louise, 31 ans, professeur des écoles.

Le commandant Pierre Malville, récemment muté de Paris suite à une douloureuse rupture amoureuse, commence cette enquête, aidé par la jeune stagiaire Aude. Il ne voit pas d’un bon œil cette collaboration forcée, il aurait préféré un homme !

Qui a bien pu assassiner cette enseignante et jeune maman que tout le monde aime ?

Au fur et à mesure de l’enquête, Malville et Aude vont très vite s’apercevoir que Louise n’était pas si parfaite que ça. Autour d’elle gravitait tout un tas de personnages tous plus rock’n’roll les uns que les autres.

Cette multitude de personnages, présente des mœurs bien particuliers et surtout très douteux. Ils ont tout un caractère bien trempé et on a très vite la sensation, qu’ils ont tous quelque chose à cacher. Ils affichent tous sans vergogne leurs idées et manière de vivre.

L’auteur nous décrit à merveille les paysages sauvages de cette Bretagne si authentique, on sentait l’odeur iodé de la baie des trépassés.

Ce roman présente un cocktail détonant alliant, sexe, amour, suspense et désir de vengeance.

Même s’il n’est pas parfait, qu’il présente quelques longueurs avec, par moment, une sensation de tourner en rond, cela reste un bon roman, avec une écriture fluide et des descriptions juste parfaites !

Éditeur : L’ARCHIPEL (13/02/2020)

*****************************************

Enquête criminelle au fin bout du Finistère.
Col relevé, tête baissée, Malville, commandant de PJ, descend vers la plage de la baie des Trépassés, proche de la pointe du Raz. Il rejoint les techniciens de la police technique et scientifique qui lui désignent un cadavre de femme. Nue, sur le dos, jambes légèrement écartées, l’inconnue repose sur une couverture. Le visage boursouflé, les yeux bandés par une culotte, sans doute la sienne, des ecchymoses et des éraflures sur l’ensemble du corps… Enfin, détail incongru, le tatouage sur son pubis épilé : un coeur avec deux ailes.
Pour Malville, c’est le début d’une enquête délicate qui va le mener avec Aude, sa collègue stagiaire, à s’intéresser aux musiciens des Vielles Folles, un groupe de rock breton, à des trafiquants de vidéos porno et au milieu des ligneurs, ces pêcheurs de bar qui risquent leur vie dans le raz de Sein… Mais il lui faudra avant tout démêler les fils invisibles d’une vengeance.

%d blogueurs aiment cette page :