Sans mon ombre – Edmonde Permingeat

 

Alice, 35 ans, célibataire, prof de philosophie tue par accident, sur un coup de folie, sa soeur jumelle Célia. Après avoir jeté son corps à la mer, elle décide alors de prendre sa place.

Voilà Alice, la femme qui clame haut et fort son choix de vivre librement sans encombre, prendre la place de sa soeur, la femme de Maxime, un homme riche. Elle doit devenir comme sa soeur, une femme d’intérieure parfaite, mère de 2 petites filles. La vie dont rêve tout le monde.

Très vite Alice désenchante, sa soeur n’avait pas la vie si parfaite qu’elle ne laissait entrevoir, et n’était pas non plus la femme irréprochable qu’elle croyait.

Célia vivait dans un monde d’hypocrite, de méchanceté gratuite et de mensonges quotidien.

Alice va vite apprendre qu’il ne faut pas se fier aux apparences, parfois derrière des petites vies parfaites, se cachent de terribles et inavouables secrets. Elle va apprendre que la perfection n’existe pas, qu’il faut juste apprendre à vivre avec ce que l’on a et ne pas chercher ni envier ce qu’ont les autres ont, et surtout apprendre à vivre avec ce que l’on a et  des  petites joies et bonheurs du quotidien.

Parce qu’elle était jalouse de sa soeur, elle va très vite se sentir piégée, sans aucune issue possible.

Un livre coupé en deux parties : première partie le récit d’Alice et de sa vie après la mort de Célia où se mêle les souvenirs de leur enfance. Et la deuxième partie le récit de Célia après la découverte de son journal intime par Alice.

Les chapitres courts permettent de s’imprégner totalement de l’histoire de ces 2 soeurs, que tout sépare en apparence.

Un roman avec une belle leçon de vie sur ce qui est important pour être heureuse et trouver le bonheur !

Éditeur : L’ARCHIPEL (17/04/2019)

*******************************************************************

Alice a tué Célia, sa jumelle. Son reflet, un alter ego inversé dont elle enviait la vie de rêve. Alors que, célibataire, elle doit gagner sa vie en enseignant la philosophie, sa jumelle, épouse et mère comblée, mène l’existence oisive des riches, dans le luxe et un magnifique cadre de vie au bord de la mer. Mais la mort de Célia va permettre à Alice de prendre sa place.
Du moins le croit-elle. Car au “pays des merveilles”, ce n’est pas le bonheur mais le désenchantement qui l’attend. La vie d’Alice de l’autre côté du miroir va tourner au cauchemar… jusqu’à lui faire réaliser, mais un peu tard, que le beau miroir était celui des alouettes…

%d blogueurs aiment cette page :