Deux morts dans un cercueil – Ellery Queen

Le roman commence avec une préface appréciable, en effet, on nous y explique qui sont les 2 auteurs, eh oui Ellery Queen est un non d’emprunt.

Georg Khalkis, vient d’être enterré dans le cimetière familial, quand son notaire s’aperçoit que la caisse contenant son Nouveau Testament a mystérieusement disparu. Après maintes rechercher, Ellery Queen, fils du commissaire en charge de l’affaire, a l’idée de chercher dans le cercueil du défunt. Et là surprise, on ne découvre pas le testament de celui-ci, mais un deuxième cadavre !

Commence une enquête à la Agatha Christie, où, un à un sont interrogés les proches du défunt, et tous soupçonnés…
On va de rebondissement en rebondissement, de nouvelles révélations à chaque chapitre, nous faisant soupçonné un nouveau suspect à chaque fois.

Jusqu’à la fin, j’ai fait fausse route, et n’ai à aucun moment deviné qui était le criminel. Les auteurs se sont bien joués de nous, même si Ellory est le personnage principal, tous les personnages ont leur importance.

Une lecture bien agréable, surtout si vous aimez les enquêtes à l’Anglaise.

Éditeur : ARCHIPOCHE (11/09/2019)

*********************************

On croyait bien avoir définitivement enterré Georg Khalkis, l’éminent amateur d’art et fondateur des Galeries Khalkis de New York. Mais puisque son testament vient d’être volé le jour même de ses funérailles et que personne n’est sorti de la maison…
Personne ? Sauf…

C’est là qu’Ellery Queen suggère l’exhumation.
Et qu’à la stupeur de -presque- tous, on découvre que la mort, peu séduit sans doute par cette solitude souterraine, en avait convié un autre à lui tenir une étroite compagnie. Quant au testament, toujours rien !

Vol et assassinat : mais dans quel but ? Au désespoir de son père, le digne inspecteur Richard Queen, Ellery Queen junior élabore une série de solutions consternantes. Jusqu’à la dernière. La plus folle de toutes. Et la bonne.

Le corbeau d’Oxford – Faith Martin

Une enquête de Loveday & Ryder – Tome 1

1960, Oxford – Sir Marcus Deering, riche homme d’affaire reçoit depuis plusieurs semaines des lettres anonymes de menaces. Mais, lors de la réception de la dernière lettre, menaçant son fils de mort, il décide, d’aller porter plainte à la police. Malgré cela, le meurtre de Jonathan McGillicuddy est assassiné. Pourquoi lui et pas le fils de Sir Marcus ?

Le Docteur Clément Ryder, coroner, doit enquêter sur une affaire classée, la mort étrange d’une jeune femme de 21 ans, il y a 5 ans. Il y a voit un lien avec le meurtre de Jonathan. Pour mener à bien cette enquête, il a besoin d’être assisté d’un policier. Le Chef de la police y voit l’occasion de se “débarrasser” de la toute jeune stagiaire, Trudy Loveday, fraîchement sortie de l’école de policer, en effet il ne voit pas d’un bon oeil l’intégration dans sa brigade d’une femme, que dira la population s’il lui arrive quelques chose ?

Quelle belle découverte que ce roman, qui est le mélange parfait du duo Sherlock-Holmes/Watson et Hercule Poirot. Le suspens est maintenu jusqu’au bout, les personnages principaux, Loveday et Ryder sont complètement à l’opposé, elle enjouée, pleine de vie, rêve d’une brillante carrière dans la police, lui ancien brillant cardiologue, cachant, tant bien que mal, la maladie qui le rouge, est un être taciturne qui parle très peu et observe beaucoup.

La fin est inimaginable, on est horrifié de découvrir de quoi est capable un cerveau malade.

Éditeur : HARPER COLLINS (13/11/2019)

***********************************************

Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter.Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés.La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford…

%d blogueurs aiment cette page :