Crimes et fantômes de noël – Collectif

Pour une fois je vais faire très court, car malgré mon grand enthousiasme je n’ai pas réussi à finir ce recueil de nouvelles.

Malgré la préface très encourageante de Jean-Pierre Croquet et de nouvelles écrites par des auteurs de grande notoriété, je n’ai pas réussi à m’imprégner de l’ambiance très particulière de ces nouvelles, j’ai abandonné après la lecture de 3 nouvelles. Je pense que ce genre n’est pas pour moi tout simplement, les histoires étant très courtes je n’arrive pas à rentrer dans l’ambiance de l’histoire et quand, enfin j’y parvient, la nouvelle s’achève.

Éditeur : L’ARCHIPEL (28/11/2018)

Nombre de pages : 295

******************************************

Convier spectres et assassins au traditionnel festin de Noël ? Se réunir autour du pied du sapin pour entendre une histoire à dresser les cheveux sur la tête ? Pourquoi donc mêler, à ces moments de bonheur familial, tant de récits effrayants ?
C’est un fait, depuis Charles Dickens, le conte horrifique de Noël est devenu presque aussi rituel que la bûche et les cadeaux. Il traduit la noirceur des nuits les plus longues de l’année, traversées de vents hurleurs que les ombres projetées par les flammes dans l’âtre rendent plus inquiétantes encore… Il est si bon de se faire peur, au coin d’un feu de bois !
Composée par Jean-Pierre Croquet, romancier et spécialiste de littérature fantastique, cette anthologie rassemble douze histoires angoissantes signées Charles Dickens, Arthur Conan Doyle, Erckmann-Chatrian, Robert Louis Stevenson, Sheridan Le Fanu, Gaston Leroux ou Thomas Hardy. D’autres nouvelles criminelles, issues de la plume de Saki, W.W. Jacobs ou Edith Nesbit, constituent d’agréables découvertes.

Morts en coulisses – Mary-Jane Clark

Après s’être disputé avec un inconnu sur un parking un couple de jeunes acteurs meurt dans un étrange accident de voiture.

Caroline Enright chroniqueuse de cinéma et théâtre pour une chaîne de télé New-new-yorkaise part dans le  Massachusetts assister à un festival de théâtre. Sa belle fille Meg y effectue un stage de comédienne, et a été désignée pour assister la célèbre actrice Belinda Winthrop dans son habillage.

Une bibliothécaire est assassinée peut de temps après c’est Belinda qui disparaît étrangement. Caroline décide de fouiner un peu afin de comprendre se qui se passe…

Avec des chapitres court, l’auteur nous entraîne facilement dans son histoire, à chaque pages nous offrant un nouveau suspect potentiel. J’ai lu très rapidement ce roman sans temps morts ni passage superflu. Même si l’historie n’a rien d’extraordinaire et si j’ai deviné rapidement qui était le coupable, j’ai beaucoup apprécié cette histoire. Cela m’a permis de faire un break après la lecture de romans bien plus noir.

Éditeur : ARCHIPOCHE (07/11/2018)
Nombre de pages : 416

****************************************************

Quand le rideau tombe, tombent les cadavres…

Chaque été, dans le Massachusetts, se déroule un festival de théâtre.
Caroline, nouvelle chroniqueuse d’une chaîne de télé new-yorkaise, doit couvrir l’évènement auquel participe sa belle- fille.
L’occasion pour la journaliste de se rapprocher de la jeune femme qui n’a toujours pas accepte le remariage de son père.
Mais la mort soudaine de deux étudiants et le meurtre d’une bibliothécaire viennent troubler les festivités.
Un jour, Belinda Winthrop, actrice vedette couronnée d’un Oscar, disparaît à son tour.
Fugue, meurtre ou enlèvement ?

 

%d blogueurs aiment cette page :