Le loup des Ardents – Noémie Adenis

Le début et la mise en place de l’histoire sont assez lents, mais cela était, je pense, un choix de l’auteur afin de nous présenter les personnages principaux et d’installer l’ambiance qui sera celle de la totalité du roman : une ambiance sombre, propice à la méfiance, accentué par l’hiver rugueux à Ardeloup en Sologne.

L’auteur décrit avec précision les conditions de vie sommaires du village à l’époque (1561).

On s’attache très vite à tout ces personnages, criant de vérité, surtout à la petite Loïse 10 ans rejetée par tous et au bon Docteur Aymar Noilat dévoué à sauver des vies coûte que coûte.

Ce village est emplie de croyances et de légendes, mais également de méfiance face à l’inconnu, engendrant parfois des peurs et de la suspicion complètement irrationnelle.

Une première mort survient au sein du village, une épidémie inconnue commence à se propager. Tout s’enchaîne très vite, les morts, les malades.

Et si toute cette histoire n’avait débuté qu’à cause de jalousie et d’un terrible secret ? 

Plongez dans l’atmosphère anxiogène de ce petit village perdu et isolé à cause de la rudesse de l’hiver, ou tout bascule par manque de solidarité.

J’ai vraiment apprécié cette lecture, surtout les derniers chapitres. Une belle découverte avec un grand travail de recherche sur les conditions de vie à cette époque rendant ce roman très réaliste.

ROBERT LAFFONT (16/09/2021)

***************************************

Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.
1561, Sologne. L’hiver s’abat sur Ardeloup. Nuit et jour la neige tombe, transformant implacablement le village en prison. Puis un mal mystérieux se répand parmi les habitants. Certains ont des hallucinations terrifiantes, d’autres hurlent qu’ils brûlent alors qu’ils sont glacés.
Cette maladie qui imprime sa marque noire sur le corps des mourants est-elle l’œuvre d’un démon ou celle d’un assassin ?
Bientôt, la superstition embrase les esprits. Il faut un coupable avant qu’il ne reste plus personne pour enterrer les morts…
Un premier polar historique élu parmi 150 manuscrits anonymes
12 jurés qui représentent chacun un maillon essentiel de toute investigation judiciaire
Un prix littéraire pour le genre le plus populaire de France
AJOUTER UNE CITATION

L’auberge : Les chroniques de Fogas, tome 1

Lorna et Paul Webster, un couple d’Anglais décide d’acheter une auberge dans le village de Fogas en Ariège.

La population locale ne voit pas d’un bon œil leur arrivée : comment la cuisine anglaise peut être, un jour prétendre valoir la Française !? Voilà la principale inquiétude des habitants !

Certains villageois, mal intentionné, ne vont pas hésiter à mettre des bâtons dans les roues à ce sympathique couple, qui pensait enfin trouver le bonheur dans ce paisible village !

J’ai voulu découvrir ce roman surtout pas curiosité, car j’adore la série Les détectives du Yorkshire“.

L’auteure nous fait découvrir une multitude de personnages plus ou moins sympathiques.

En lisant ce roman, j’avais la sensation de me retrouver dans un petit village typique du fin fond de la France, avec ses histoires, commérages et guéguerres d’égaux, mais aussi d’employés qui dépassent largement leurs fonctions premières. Un secret n’est jamais gardé secret bien longtemps…

Ce roman est une belle histoire de solidarité qui va unir tout un village.

Un roman positif, plein de bonne humeur et fraîcheur.

ROBERT LAFFONT (01/07/2021)

*****************************************

Branle-bas de combat dans la petite commune pyrénéenne de Fogas : l’Auberge des Deux Vallées vient d’être rachetée par un couple d’Anglais.
Les habitants vont-ils devoir troquer foie gras, garbure et cassoulet contre bœuf bouilli, fish & chips et infâme jelly ? Sus à l’envahisseur ! Ni une ni deux, le maire, fou de rage, convoque d’urgence un conseil municipal, mais les querelles internes ne font que jeter de l’huile sur le feu…
Français et Britanniques sauront-ils trouver un terrain d’entente à la table des négociations ?

%d blogueurs aiment cette page :