Le bûcher de Moorea – Patrice Guirao

Polynésie française

Des hommes déposent des corps démembrés dans un brasier.

Très vite les autorités découvrent les corps.

Lilith Tereia photographe pigiste à la dépêche et Maema journaliste dans le même journal partent faire un reportage sur cette découverte.

En France.

Nael, rentier se décrit lui même comme un grand meurtrier, il compte à son effectif 106 victimes. Une situation inattendue va l’emmener à voyager jusqu’à la Polynésie.

Grâce aux super descriptions de l’écrivain, on arrive à voyager jusqu’aux îles de Polynésie…dépaysement à vous couper le souffle garanti.

J’avoue j’ai été très déçue par cette lecture, pourtant tous les ingrédients étaient réunis pour me plaire. Mais non, ça n’a pas marché. Pourquoi ? Déjà aucune action puis les motifs des meurtres sont abracadabrant, je me suis perdue au milieu de l’histoire, j’ai été jusqu’au bout avec l’espoir que la fin soit top mais non…

Le côté mystique et tradition, très présent dans le roman, ne m’ont pas du tout plus, à aucun moment je n’ai adhéré à tous ça, et Gaspard le rat, pff que dire, pas crédule du tout. Les personnages ne m’ont pas bouleversé, je n’ai ressenti aucun attachement à leur égard.

Enfin bref une belle déception pour un roman si dépaysant, une lecture qui plaira aux fans d’histoires avec un brin de magie.

Par contre point plus que positif, même coup de coeur pour la couverture qui est juste sublime !

Éditeur : ROBERT LAFFONT (16/05/2019)

***********************

Dans le lagon de Moorea, les eaux calmes et bleues bercent quelques voiliers tranquilles. Les cocotiers dansent au vent. Les tiarés exhalent leur parfum. Pourtant, à l’abri de la forêt, des flammes se fraient un chemin vers le ciel. Lilith Tereia, jeune photographe, tourne son appareil vers le bûcher. Devant son objectif, des bras, des jambes, des troncs se consument. Et quatre têtes.
Pour quels dieux peut-on faire aujourd’hui de tels sacrifices ? Avec Maema, journaliste au quotidien de Tahiti, Lilith est happée dans le tourbillon de l’enquête. Les deux vahinés croiseront le chemin d’un homme venu de France chercher une autre vie. Un homme qui tutoie la mort.

Derrière chaque paradis, il y a un enfer. Bienvenue en Polynésie !

Tangerine- Christine Mangan

Tanger 1956

Alice Shepley, une jeune anglaise s’est installé avec son mari John au Maroc à Tanger. Elle le connaissait à peine quand elle l’a épousé, très vite elle se rend compte de son erreur, que celui-ci n’en veut qu’à son argent.

Alors que John sort à longueur de journée, elle reste cloîtrée chez elle, ressassant son erreur et sa mélancolie. Tout va changer avec l’arrivée de Lucy qu’elle a connu à l’université de Bennington aux états-unis.

Que dire de ce roman ? Je me suis ennuyée du début à la fin, je n’ai rien trouvé d’intéressant aux personnages, Alice est mollassonne, pathétique et Lucy, inintéressante, je n’arrive même pas à lui trouver de qualité ou de défaut, rien n’est cohérent dans ces personnages et situations. Un livre trop littéraire, accès sur les descriptions et belles paroles, pas du tout le genre d’écriture que j’aime. Ce livre trouvera certainement son public, dont je ne fais définitivement pas parti !

Éditeur : HARPER COLLINS (02/05/2019)

******************************************************

LA SUEUR DE VOTRE ÉTÉ
Tanger, 1956. Alice Shipley n’y arrive pas.Cette violence palpable, ces rues surpeuplées, cette chaleur constante : à croire que la ville la rejette, lui veut du mal. L’arrivée de son ancienne colocataire, Lucy, transforme son quotidien mortifère. Ses journées ne se résument plus à attendre le retour de son mari, John. Son amie lui donne la force d’affronter la ville, de sortir de son isolement.Puis advient ce glissement, lent, insidieux. La joie des retrouvailles fait place à une sensation d’étouffement, à la certitude d’être observée. La bienveillance de Lucy, sa propre lucidité, tout semble soudain si fragile… surtout quand John disparaît. Avec une Tanger envoûtante et sombre comme toile de fond, des personnages obsessionnels apprennent à leurs dépens la définition du mot doute.Entre Le Talentueux M. Ripley (et les romans de Daphne Du Maurier, Tangerine est le roman d’une ville qui happe, illumine ou détruit. Un brillant jeu de dupes, où les convictions volent en éclats.« Le mensonge, la manipulation et l’ambiguïté sont si subtilement mis en scène que cela en devient glaçant. » Chris Bohjalian, Washington PostTangerine me donne l’impression d’avoir visité Tanger, guidée par l’héritière de Daphne Du Maurier. » Suzanne Rindell« Sombre et divertissant. » Jennifer Egan« Si Le Talentueux M. Ripley se déroulait à Tanger et que les rôles principaux étaient tenus par des femmes, cela donnerait quelque chose comme Tangerine. » Olivia Marks, Vogue UK« Un premier roman très convaincant, à l’atmosphère unique. » Laura Wilson, The Guardian« Imaginez Donna Tartt, Gillian Flynn et Patricia Highsmith écrivant ensemble le scénario d’un film de Hitchcock. » Joyce Carol Oates

%d blogueurs aiment cette page :