L’ombre du renard – Nicolas Feuz

 

 

Dès le début du roman, nous sommes prévenu, sur l’ambiance générale que sera celle du livre. Vincent Mariani, petit escroc corse, est libéré de la prison de Borgo, en Corse, 4 mois après avoir braqué une bijouterie. Dès sa sortie, il tombera dans un guet-appens, torturé, il va mourir dans d’atroces souffrances.

09/1943 Bastia- Corse
Une cargaison secrète appartenant à l’armée Allemande coule dans les eaux corses : prends naissance le mythe du trésor de Rommel

De nos jours

Le procureur Jemsen, a lourdes séquelles psychologiques depuis l’attentat de Neuchâtel. Heureusement, il est soutenu par sa greffière et amie Flavie Keller.

Flavie, vit une relation compliquée avec l’inspecteur Tanja Stojkaj, elle s’inquiète fortement, quand celle-ci part en mission d’infiltration en corse, d’autant plus quand elle n’a aucune nouvelle de celle-ci durant depuis plusieurs jours.

Ce roman alterne entre passé et présent avec brio, nous permettant de suivre facilement l’histoire. On apprend un pan de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, peu abordé.

L’auteur nous emmène dans une direction, nous laissant entrevoir, à chaque page, la vérité, puis, d’un coup, on ne voit rien venir, un rebondissement survient, tout se que l’on pensait savoir est remis en question, et on se rend compte, que l’on était à côté de la plaque !

Une fin à cent à l’heure, les lignes, les pages, défilent à toute vitesse, on est engloutie dans le tourbillon des événements qui s’enchaînent à un rythme infernal, et, là, on est sans voix devant cette fin explosive, on ne voit rien venir, on ne comprend pas ce qui se passe…

Une superbe découverte, un auteur que je vais suivre. Seule déception, ne pas avoir lu avant “Le miroir des âmes” qui met en scène pour la première fois notre trio de héros.

Éditeur : SLATKINE ET CIE (22/08/2019)

**************

Le 16 septembre 1943, alors que les Alliés s’apprêtent à libérer la Corse de l’occupation nazie, un convoi SS quitte un couvent situé sur les hauteurs de Bastia en emportant une mystérieuse cargaison. Chargées sur une barge à destination de l’Italie, les caisses sont victimes d’un bombardement américain et finissent englouties au large du Cap Corse.

Ainsi naît la légende du Trésor de Rommel, qui suscitera bien des convoitises et engendrera de somptueuses dépenses en recherches sous-marines durant plus de 70 ans. Toutes infructueuses. Jusqu’à ce jour de l’été 2018 où un lingot d’or caractéristique réapparaît en Suisse, à côté du cadavre d’un vieux bijoutier de Neuchâtel.
Le premier d’une longue série, qui va entraîner le procureur Norbert Jemsen, sa greffière Flavie Keller et l’inspectrice Tanja Stojkaj dans un tourbillon mortel entre la Suisse et la Corse.

L’aigle de sang- Marc Voltenauer

L’inspecteur Andreas Auer : Tome 3. Peut être lu indépendamment comme je l’ai fait

1978 : Plusieurs personnes se réunissent pour exécuter un rite viking.

De nos jours :
Andreas Auer, inspecteur Suisse, a du mal à se remettre de la tentative d’assassinat dont a été victime Mikaël son compagnon. Celui-ci garde de lourdes séquelles psychologique et se remet doucement.

Après avoir appris par sa sœur qu’il était un enfant adopté, Andreas décide partir sur les traces de son passé et pour cela de se rendre à Gotland petite île suédoise. Il doit savoir qui il est réellement afin de pouvoir avancer et comprendre d’où viennent les cauchemars qui le hantent. Mais son arrivé ne va pas plaire à tout le monde et réveiller de sombres histoires du passé.

Afin de bien comprendre pourquoi  Andreas a été adopté, l’auteur fait des réguliers retours en arrière. Il  nous dévoile une multitude de personnages. Rapidement,je me suis imprégnée de cette histoire comme si j’assistais au déroulement des drames en tant que spectatrice impuissante, m’attachant à tous ces personnages qui avaient au final tout pour être heureux. Il a suffi que l’un d’eux bascule pour le destin des autres basculent. Ou comment une simple réunion entre amis, un clan, a pu devenir une secte très dangereuse.

L’auteur a un talent de conteur impressionnant, les chapitres son courts, bien structurés, pas de temps mort.

Ce livre est une pépite, une fabuleuse découverte, j’en arrive à me demander comment j’ai pu passer à côté durant tant de temps !

Éditeur : SLATKINE ET CIE (14/03/2019)

***********************************************

L’inspecteur Andreas Auer retourne à Gotland sur les traces de son histoire personnelle. Il se retrouve dans le cimetière de Fide devant sa propre tombe avec, à côté, celle de ses vrais parents et de sa sœur. C’est alors qu’une femme est retrouvée assassinée selon un ancien rite viking, la cage thoracique ouverte dans le dos, les côtes sectionnées et déployées comme des ailes.

%d blogueurs aiment cette page :