Les eaux noires – Estelle Tharreau

Yprat – Baie des naufragés – Petite station balnéaire

4 maisons, 7 âmes vivent dans la baie des naufragés.

Depuis la mort de son mari, il y a 8 ans, Josefa élève seule sa fille Suzy âgée de 17 ans. Elle travaille de nuit dans une station-service, laissant Suzy seule.

La vie de Josefa bascule le jour où le corps sans vie de Suzy est rejeté par les eaux noires de la baie des naufragés. Qui a bien pu assassiner sa fille ? Pour Josefa, c’est le début d’une longue descente aux enfers, où le seul but de sa vie sera de trouver l’assassin de sa fille et de lui faire punir son crime.

Très vite, Josefa passe du statut de la pauvre mère de la victime, à celui de mauvaise mère, mauvaise employée, mauvaise voisine, mauvaise amie.

Ne sachant pas comment faire face à ce qui lui arrive, elle va rejeter maladroitement toutes les mains qui vont se tendre pour l’aider et se mettre tout un village à dos. L’opinion publique a tranché : c’est de sa faute si Suzy, la dévergondée, s’est fait tuer.

On va découvrir la face noire de ce si paisible village, où personne n’est innocent, même pas le plus innocent et sympathique des personnages. Ils ont tous quelque chose à cacher.

Ce roman n’est pas un thriller comme on a l’habitude de lire, où l’auteur nous dévoile des indices pour découvrir qui est le coupable. L’auteur se focalise sur l’attitude des personnages, leur psychologie, leurs petits secrets inavouables, on en oublierait presque que Suzy est la victime, l’auteur ne la rendant pas particulièrement sympathique. L’atmosphère du roman devient très vite noire, malsaine, étouffante. On a envie de fuir très loin de la baise des naufragées, comme si celle-ci corrompait tous ceux qui s’en approchaient. La jalousie, méchanceté gratuite est d’une banalité pour eux.

Un excellent roman bien noir, une lecture très prenante, vous ne ferez plus jamais confiance à personne une fois ce livre fermé ! Une lecture coup de cœur.

256 pages
Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (07/10/2021)

***************************************************

Lorsque les eaux noires recrachent le corps de la fille de Joséfa, personne ne peut imaginer la descente aux enfers qui attend les habitants de la Baie des Naufragés.
L’assassin restant introuvable, à l’abri des petits secrets et des grands vices, une mécanique de malheur va alors tout balayer sur son passage…
Les révélations d’un corbeau, la détresse d’une mère et le cynisme d’un flic alimenteront l’engrenage de la rumeur, de la suspicion et de la haine.
Joséfa réussira-t-elle à survivre à la vérité ?

Seule la haine -David Ruiz Martin

 

Larry Barney, psychanalyste, reçoit dans son cabinet Elliot 15 ans. Celui-ci vient le voir, car il n’arrive pas à se remettre de la mort (suicide) de son grand-frère Simon. Il lui raconte le parcourt qu’il a entrepris pour comprendre le geste de celui-ci. Mais ce qui devait être une banale consultation thérapeutique, tourne rapidement au huis-clos avec prise d’otage et un récit effrayant.

On découvre l’être humain dans e qu’il a de pire : lâche, égoïste, violent, méchant, sans cœur…

Larry montre très vite ses faiblesses en tant que thérapeute, alors que celui-ci se croit infaillible, il se laisse avoir par un simple enfant certes surdoué, mais qui n’a que 15 ans.

Que dire d’Elliot ? Il m’a vraiment dérangé, je n’en voudrais pas comme ami, ni dans la famille. Son discours et comportement et celui d’un adulte froid, calculateur sans sentiment.

Cette lecture m’a laissé perplexe, je ne sais pas trop quoi en penser. Je n’avais jamais rien lu de semblable. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, juste que c’est une lecture qui n’est pas faite pour moi malgré l’écriture fluide de l’auteur.

EAN : 9782372580861
Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (10/06/2021)

*****************************************

Elliot est intelligent. Elliot est sensible. Elliot a quinze ans aujourd’hui. Elliot a tout pour être heureux. Mais Elliot a vécu un drame. Elliot est dévasté. Elliot cherche des réponses… … alors Elliot s’est pointé avec un flingue chargé. Persuadé que Larry Barney, psychanalyste spécialisé dans les troubles de l’adolescence, est responsable du suicide de son frère, Elliot, quinze ans, se présente armé dans son cabinet. Séquestré, Larry n’a d’autre choix que de laisser le jeune homme lui relater les derniers mois. Mais très vite, c’est l’escalade de l’horreur : Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l’abject et de l’inhumanité. Au fil du récit, tandis que les détails se succèdent, une seule idée l’obsède : celle de s’en sortir, à tout prix…

 

%d blogueurs aiment cette page :