La peine du bourreau – Estelle Tharreau

Le prisonnier Ed 0451 est transféré du couloir de la mort de la prison de Polinsky vers la chambre d’exécution de Walls.

McCoy, travaille depuis 42 ans comme bourreau et s’apprête à prendre sa retraite.

Le gouverneur Russel Thompson, 34 ans, a 4 heures pour décider si oui ou non Ed 0451 sera exécuté ou gracié. 

Ed a commis 5 meurtres prémédités et de sang-froid avant d’être arrêté.

Débute un huis clos entre le GouverneurMcCoy et Ed.

À travers les souvenirs d’Ed on découvre la raison de ces meurtres, qu’il a refusé d’expliquer. Ed, marié à la gentille Shelby, a grandi sous le joug d’un père autoritaire, raciste et faisant la loi et la justice à sa façon. C’est en se mariant et en quittant sa ville natale, qu’il commencera à avoir ses propres opinions et à mener sa vie comme il le souhaite.

McCoy décrit sa vie de gardien de prison, où tout était alors différent, un monde où les prisonniers faisaient la loi. La corruption était omniprésente.

Il décrit avec beaucoup de justesse le profil des condamnés à mort, des profils complètements différents les uns des autres. Se pose alors, légitimement, la question du pour ou contre la peine de mort ? 

Certains condamnés ont tué pour se protéger ou protéger leur famille. Certes, ils doivent être punis, mais qui sommes nous pour décider qu’ils méritent de mourir ? 

Ce roman nous montre la noirceur de l’être humain, mais aussi sa bienveillance et son avidité de justice.

J’ai adoré la fin, elle est parfaite. Un roman époustouflant, rempli de sagesse et d’humanité.

Premier coup de coeur 2021 !

256 pages
Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (01/10/2020)

**************************************************

McCoy est « bourreau » au Texas. Après 42 ans passés dans le couloir de la mort, il reçoit la visite officieuse du Gouverneur Thompson qui doit se prononcer sur la grâce du condamné numéro 0451.
Il ne leur reste que quatre heures pour faire revivre les souvenirs de McCoy avant l’injection létale.
Quatre heures dans l’isolement de la prison de Walls.
Quatre heures pour cinq crimes qui déchaînent les passions.
Quatre heures pour ce qui pourrait être la dernière exécution de McCoy.
Quatre heures pour jouer le sort d’un homme.

Un thriller psychologique aussi troublant que fascinant : une immersion sans concession dans le couloir de la mort et ses procédures d’exécution.

Némésis – Xavier Massé

Dès le prologue, l’auteur nous met dans l’ambiance générale que sera celle du livre, de l’horreur du début à la fin !

David, policier à la brigade criminelle, reçoit l’appel de son ami d’enfance Vincent, lui aussi policier, mais à la brigade des mineurs. Celui-ci veut qu’il retourne à Assieu, le village où ils ont grandi, afin de l’aider à résoudre un terrible meurtre. La petite Gaëlle, 4 mois, a été retrouvée sauvagement assassinée.

À son arrivée, David découvre son village complètement changé ; finis les champs cultivés à l’ancienne et les petites maisons de campagne, place aux grandes exploitations gérées avec du matériel moderne, et aux lotissements aux maisons modernes. Revers de la médaille, une pollution sonore omniprésente et une guerre entre pro-modernisme appuyée par le maire et les anciens qui prônent un retour aux anciennes valeurs.

L’auteur ne nous épargne aucun détails sordides, livre à ne pas mettre dans les mains de tout le monde, âmes sensibles s’abstenir.

J’avoue, je ne suis pas fan de roman où est abordé la mort d’enfant. Mais là, le roman est très bien écrit, les scènes décrites permettent de saisir la folie du meurtrier, elles sont nécessaires pour rendre cette histoire cohérente. J’ai pu aller au bout de ma lecture sans souci et y trouver beaucoup de plaisir.

Le suspense est maintenu jusqu’au bout, nous tenant en haleine jusqu’aux dernières pages. La fin est surprenante avec une touche de fantastique que l’on n’avait absolument pas vu venir.

Bravo à Xavier Massé, encore une fois un excellent roman, une réussite, comme ses deux autres romans !

320 pages
Éditeur : TAURNADA ÉDITIONS (05/11/2020)

***************************************************

« David… ? C’est moi, c’est Vincent ! Il faut que tu viennes ! Il faut que tu me rejoignes dans notre village d’enfance… il s’est passé quelque chose… c’est horrible, je n’ai jamais vu ça !… »
Une disparition anormale, un meurtre sans précédent, un village divisé entre croyances et superstitions, une atmosphère étouffante…
David et Vincent, deux gosses d’Assieu devenus flics, vont s’immerger dans cette enquête, et sans le savoir vont descendre aux portes de l’enfer…

 

%d blogueurs aiment cette page :