Un jour comme les autres – Paul Colize

Emily, traductrice littéraire vit en Italie depuis quelques mois. Elle a du mal à se remettre de la disparition mystérieuse de son compagnon, Eric, professeur de droit et militant pour les droits de l’homme et de la non-violence.

Aidée de Michel Lambert, webmaster qui anime un forum d’investigation, elle cherche à comprendre ce qui est arrivé à Eric.

Les chapitres étant très courts, j’avais la sensation de lire un journal, une enquête minutieuse.

Une histoire très bien documentée ou la fiction et la réalité se rejoignent.

Au fond le personnage d’Emily n’est que secondaire, elle n’apporte pas grand chose à l’enquête comme sa relation avec Massimo. Elle se montre complexe, on doute d’elle par moment, Il n’y a pas de véritable personnage principal, mais une multitude de personnes, qui ensemble vont résoudre une énigme. Pas d’action, pas de violence dans ce roman à part. Un livre écrit comme une enquête journalistique.

Paul Colize est une belle découverte, sa façon d’écrire n’a rien à voir avec ce que j’ai pu lire jusqu’à présent.

Éditeur : HC EDITIONS (07/03/2019)

********************************************************

L’auteur d’ Un long moment de silence revient avec un roman noir qui flirte avec la littérature générale. Emily vit seule en Italie où elle passe ses journées à trouver le mot juste – elle est traductrice littéraire de métier – et à faire parler les chiffres qu’elle affectionne. Mais surtout, elle passe ses journées à attendre.

614 jours qu’elle attend. Presque deux années à se repasser en boucle la dernière journée d’Éric. En apparence un jour comme les autres. À essayer de comprendre. À ne pas pouvoir faire son deuil.

Alain est reporter d’investigation au Soir, en Belgique. Il passe ses journées à enquêter, creuser, recouper les informations. Éric, il l’a connu. Suffisamment pour s’intéresser à sa disparition. Et encore plus quand il réapparaît…

Paul Colize signe un polar qui flirte avec la littérature générale. Ses héros nous touchent, autant qu’ils nous déroutent. Un roman polymorphe sur les parts d’ombre de chacun, sur ces secrets que l’on garde et qui finissent toujours par réapparaître.

Laisser un commentaire